Climat : la guerre en Ukraine a-t-elle accéléré la transition énergétique dans le monde ?

© Gin Tay/AP/Sipa

C'est un sacré paradoxe que révèle jeudi l'Agence internationale de l'Énergie (AIE). Selon elle, l'invasion de l'Ukraine par la Russie aurait eu des effets positifs sur les émissions mondiales de gaz à effet de serre liées à l'énergie devraient atteindre un « point haut » dès 2025, après la hausse des investissements dans les énergies durables provoquée par la « réorientation profonde » des marchés mondiaux de l'énergie. « La crise mondiale de l'énergie déclenchée par l'invasion russe de l'Ukraine cause des changements profonds et à long terme qui ont le potentiel d'accélérer la transition vers un système énergétique plus durable et sûr », souligne l'AIE dans le document de présentation de son rapport.

La « rupture » avec le gaz russe arrivée plus vite que prévue

« Les marchés de l'énergie et les politiques publiques ont changé depuis l'invasion russe de l'Ukraine, pas seulement pour le temps présent, mais pour des décennies à venir », affirme aussi le directeur général de l'organisme, Fatih Birol.

Lire aussi - Comment accélérer la transition énergétique en Europe?

La « rupture » de l'Europe avec le gaz russe est arrivée avec une vitesse « que peu de personnes pensaient possible » encore l'an passé, explique l'AIE. Et la Russie « ne parvient pas » à rediriger vers d'autres pays ses flux de gaz qui allaient auparavant vers l'Europe. Dans aucun des trois scénarios étudiés par l'Agence, les niveaux d'exportation de gaz et de pétrole russe ne reviennent au niveau où ils étaien...


Lire la suite sur LeJDD