Climat: les catastrophes sont à la hausse dans les pays pauvres... mais aussi riches

LExpress.fr
Le Japon, les Philippines et l'Allemagne arrivent en tête des pays les plus touchés en 2018 par des événements météo extrêmes intensifiés par le changement climatique.

Riche ou pauvre, aucun État n'est épargné par le changement climatique. Le Japon, les Philippines et l'Allemagne arrivent ainsi en tête des pays les plus touchés en 2018 par des événements météo extrêmes intensifiés par ce dernier, selon un rapport publié mercredi. 

Des inondations provoquées par d'importantes précipitations, deux canicules et le pire typhon à frapper le pays en un quart de siècle ont fait au Japon des centaines de morts, des milliers de sans-abris et plus de 35 milliards de dollars de dégâts, indique cette étude de l'ONG Germanwatch. 

LIRE AUSSI >> Météo extrême, cyclones, montée des eaux... Ce que dit le rapport alarmant du Giec 

Le cyclone Mangkhut, le plus puissant de l'année, a lui dévasté les Philippines en septembre, déplaçant un quart de million de personnes et entraînant des coulées de boue meurtrières, selon cet index annuel des risques climatiques. 

En Allemagne, c'est une vague de chaleur prolongée pendant l'été et la sécheresse qui ont provoqué 1250 décès prématurés et des pertes de 5 milliards de dollars, principalement dans le secteur agricole. 

Cet index montre ainsi que même les économies les plus développées ne peuvent échapper à ces événements météo extrêmes exacerbés par le réchauffement de la planète. "La science a confirmé le lien entre le changement climatique d'un côté, et la fréquence et la sévérité de températures extrêmes", a noté Laura Schaefer, chercheuse pour Germanwatch. 

Les régions les plus pauvres souffrent le plus

Derrière le Japon, les Philippines et l'Allemagne arrivent l'Inde, frappée par une chaleur extrême et des inondations en 2018, puis Madagascar. 

Ces vingt dernières années, c'est malgré tout les régions les plus pauvres qui ont souffert le plus, selon le rapport, qui prend en compte les événements extrêmes mais pas les processus plus lents comme la montée du niveau des océans. 

LIRE AUSSI >> COP 25 : doit-on manipuler l'océan pour sauver le climat? 

Porto Rico, la Birmanie et Haïti ont été les plus durement touchés sur ces ...Lire la suite sur L'Express.fr