"Affaire du Siècle": avant le procès de l'État français, cette affaire néerlandaise a ouvert la voie

Jade Toussay
·1 min de lecture
Le 14 mars 2019, les représentants de l'Affaire du Siècle manfiestent devant le tribunal administratif de Paris où va s'ouvrir ce 14 janvier le procès pour "inaction" climatique de l'Etat.  (Photo: AFP)
Le 14 mars 2019, les représentants de l'Affaire du Siècle manfiestent devant le tribunal administratif de Paris où va s'ouvrir ce 14 janvier le procès pour "inaction" climatique de l'Etat. (Photo: AFP)

ENVIRONNEMENT - L’État français sur le banc des accusés dans une affaire à l’ampleur inédite sur le territoire. Ce jeudi 14 janvier, le procès de “L’Affaire du Siècle” contre l’inaction climatique supposée du gouvernement s’ouvre au tribunal administratif de Paris. Avec, dans les yeux des organisations qui l’ont intenté, l’espoir d’une conclusion à la néerlandaise.

L’histoire juridique récente en France ne manque pas de procès climatiques. Mais ils sont le plus souvent intentés à de grandes entreprises, sur des faits bien précis (mauvaise gestion des déchets, eaux usées, etc.). L’Affaire du siècle, elle, se veut d’une portée bien plus large: forts de plus de 2 millions de signatures, les requérants (Notre Affaire à Tous, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France) veulent “mettre un terme à l’ensemble des manquements de l’État à ses obligations en matière de
lutte contre le changement climatique” et exigent également la réparation du “préjudice écologique dans le délai le plus court possible”.

En somme, ils entendent prouver que “l’État n’en fait pas assez” en termes d’environnement, pour reprendre les mots de Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France à l’AFP. Tout un programme et une bataille judiciaire sans doute longue à venir: aux Pays-Bas, il a fallu pas moins de 8 ans pour que l’État néerlandais soit définitivement condamné.

Du tribunal de La Haye à la Cour Suprême

L’affaire Urgenda, du nom de la fondation qui l’a initié, commence en ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.