Climat : 100 milliards d'euros pour les pays pauvres, mais avec deux ans de retard

C'était un engagement des pays riches : l'OCDE confirme que l'objectif de 100 milliards de dollars d'aide climatique, tous les ans, à destination des pays les plus pauvres, a été atteint en 2022. Un retard de deux ans pour y parvenir a néanmoins créé de fortes tensions dans les négociations climatiques. Malgré cette avancée positive, il n'est pas certain que la confiance revienne.

C'était une dette « morale » des pays riches à l'égard des pays en développement. Les plus grandes économies de la planète, principales responsables du réchauffement climatique, s'étaient engagées à leur fournir 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 pour financer leur transition et leur adaptation. Les pays riches s'étaient engagés en 2009, sous l'égide de la Convention des Nations unies sur la lutte contre le changement climatique (CNUCC). L'OCDE confirme qu'il aura fallu attendre deux ans de plus pour que la promesse soit tenue, mais ce ne sera pas forcément suffisant pour restaurer la confiance abîmée par ces aléas. Face aux catastrophes climatiques qui se succèdent, cette somme de 100 milliards de dollars est, en effet, loin d'être suffisante. Elle devra être réévaluée, comme l'explique Guillaume Compain, chargé de plaidoyer climat chez Oxfam, au micro de Simon Rozé :