Climat. Les 1 % les plus riches responsables de 16 % des émissions de gaz à effet de serre

·1 min de lecture

Un rapport commandé par Oxfam en marge de la COP26 dénonce l’irresponsabilité des plus grosses fortunes de la planète. Leurs émissions excessives de carbone mettent en péril la limitation du réchauffement climatique.

Selon un rapport publié par l’ONG Oxfam le 5 novembre et relayé par le quotidien britannique The Guardian, les 1 % les plus riches de la planète – un groupe moins nombreux que la population allemande – rejetteront 70 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) par an d’ici à 2030 si leur consommation se maintient.

Au total, cela représentera 16 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030, contre 13 % des émissions en 1990. Durant la même période, les 50 % les plus pauvres rejetteront en moyenne une tonne de CO2 par an.

Émissions hors limites

Les émissions des plus riches parmi les riches sont donc en passe d’être 30 fois supérieures à ce qui est compatible avec le maintien du réchauffement de la planète à moins de 1,5 °C en 2100 par rapport aux niveaux préindustriels. Conformément aux objectifs de l’accord de Paris, chaque habitant de la planète doit en effet ramener ses émissions de CO2 à une moyenne de 2,3 tonnes par an d’ici à 2030, soit environ la moitié de la moyenne actuelle.

Une poignée d’élus semble avoir carte blanche pour polluer, commente Nafkote Dabi, responsable de la politique climatique au sein d’Oxfam, qui a commandé l’étude à l’Institut pour la politique environnementale européenne et à l’Institut de l’environnement de Stockholm. Elle ajoute :

Leurs émissions totalement disproportionnées favorisent l’émergence de phénomènes climatiques extrêmes et mettent en péril l’atteinte de l’objectif mondial de limitation du réchauffement climatique.”

L’

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles