Clichy : Mehdi Boutara espère sa remise en liberté

V.M.
Mehdi Boutara (à droite sur la photo), ancien de cabinet de Gilles Catoire

L’ancien chef de cabinet de Gilles Catoire a fait appel de son placement en détention.


Placé en détention provisoire le 5 octobre dans une affaire de stupéfiants, Mehdi Boutara espère sortir de prison rapidement. Le chef de cabinet de l’ancien maire de Clichy, Gilles Catoire (PS), a fait appel et devrait passer prochainement devant la chambre de l’instruction pour demander sa remise en liberté. Son avocat, Me Hugo Delhoume, espère une audience dès la semaine prochaine.

Mehdi Boutara est mis en examen pour trafic de stupéfiants. Il est soupçonné d’avoir vendu de la cocaïne. Son frère, toujours employé à la ville de Clichy, est également incarcéré dans ce dossier instruit par un juge de Nanterre. Lui, avait été arrêté le 30 septembre. Les enquêteurs du 1er district de la police judiciaire parisienne ont interpellé un troisième homme soupçonné d’être impliqué dans ce réseau.

Pas d’enquête ouverte sur la Marianne saisie en perquisition

Dans l’autre volet de l’affaire, la découverte d’un tampon à l’effigie de Marianne lors de la perquisition de l’appartement de Mehdi Boutara, à Clichy, il n’y a pour l’heure aucune investigation. Ce tampon provient du cabinet du maire. Du coup, Rémi Muzeau (LR), le successeur de Gilles Catoire à la tête de la ville, se pose des questions sur l’utilisation que Mehdi Boutara aurait pu en faire. « La Marianne était dans un carton avec tout un tas d’objets », précise un proche du dossier. « Quand les élections ont été invalidées, on a dû quitter la mairie très rapidement, nos affaires ont été mises dans des cartons, précisait Gilles Catoire ce jeudi. Mehdi a dû rapporter des cartons chez lui avec des affaires à moi et je suis allé les chercher plus tard. Il en restait puisque la PJ a aussi trouvé un ancien permis de conduire qui m’appartenait, j’ai été convoqué pour ça. » Pour le prédécesseur de Rémi Muzeau, cette histoire de Marianne volée est simplement « ridicule ». En tout cas, le parquet n’a pas ouvert d’enquête sur ce point. Mais n’a pas (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Braquage sanglant de Saint-Ouen : 12 ans de réclusion pour les complices de Blam
Gennevilliers : Les collégiens jouent aux policiers
Impressionnante rupture de canalisation à Clichy
Gennevilliers - Vert-le-Petit : le repreneur d’Isochem bientôt connu
Paris : l’insécurité dans les parcs agace les maires des IXe et XVIIe arrondissements

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages