"La Clef Revival" ou la lutte pour sauver le dernier cinéma associatif de Paris

Jules Boudier

Dans la salle, une tireuse à bière est alimentée dans un coin par des volontaires de l'association Home Cinema qui gère le cinéma La Clef. Avant la projection de Sacré Graal des Monthy Python, l'un d'entre eux, cape sur les épaules et passoire sur la tête, explique les règles de la projection de ce soir, placée sous le signe de la rigolade. "Quand un animal apparaît à l'écran, tout le monde doit imiter son cri" explique-t-il, "et à chaque fois qu'on entend le mot "Graal", tout le monde boit". Une manière assumée de rendre la séance plus interactive pour la trentaine de spectateurs venus ce soir de décembre malgré la grève des transports.


Des séances comme celle-ci, l'association en organise chaque soir depuis le 21 septembre. Films rares, court-métrages, documentaires engagés sont diffusés même la veille de Noël et du Nouvel an, avec un public toujours au rendez-vous.

Des réalisateurs, acteurs, journalistes ou intellectuels (notamment Edwy Plenel, Edouard Louis ou encore Valérie Donzelli) viennent régulièrement y présenter leurs films, apporter leur soutien ou participer à des débats. En quelques mois, La Clef Revival (le nouveau nom du cinéma) a reçu d'innombrables soutiens institutionnels, notamment de la Ville de Paris, de la mairie du 5e (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi