La «clause Molière» tient-elle la route ?

Libération.fr

Est-on obligé de parler français pour bétonner une route ou rénover un hôpital ? Oui, selon les promoteurs de la «clause Molière». Celle-ci permet de conditionner l’accès des entreprises aux marchés publics à l’usage du français sur les chantiers. Si un employé ne parle pas français, l’entreprise se doit alors de faire appel à un interprète. En mai 2016, Vincent You, adjoint au maire d’Angoulême, rédige ce texte qu’il applique d’abord à la rénovation d’un Ehpad. Neuf mois plus tard, cinq régions l’ont imité (Pays-de-la-Loire, Hauts-de-France, Normandie, Auvergne-Rhône-Alpes et Ile-de-France) ainsi que le département de la Charente ou la ville de Chalon-sur-Saône.

Pour les défenseurs de la clause Molière, ce qui est en jeu, c’est la sécurité des employés. «C’est une condition sine qua non pour la sécurité des travailleurs sur les chantiers», assurait ainsi Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, qui a fait voter le texte le 9 février. Mais pour ses adeptes, la clause Molière a un autre avantage. Elle permet de limiter le recours aux travailleurs détachés. Vincent You raconte : «J’ai lancé une réflexion avec des architectes et d’autres personnes travaillant sur des chantiers pour trouver la parade au travail détaché. Ils m’ont expliqué que la responsabilité du maître d’œuvre que j’étais était d’assurer la sécurité sur le chantier. C’est sur cet aspect que j’ai joué…» Ainsi, dans la clause édictée par sa ville, rien sur les travailleurs détachés, mais sur la sécurité : «Afin de garantir la sécurité des travailleurs et visiteurs sur le chantier, ainsi qu’une parfaite compréhension des directives de la direction technique des travaux, l’ensemble des ouvriers présents sur le chantier devra comprendre et s’exprimer en français.»

«Il ne faut pas se laisser abuser, c’est simplement de la gesticulation électorale sur fond de xénophobie», assure à Libération le député PS Gilles Savary, qui travaille sur le dossier du travail détaché. Selon lui, aucun chiffre ne (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Comment ça va, le commerce ?
Deux mois de révélations sur François Fillon
Manif de pompiers fumasses à Paris
Négationnisme Du ferme pour Alain Soral
Port du voile en entreprise : l’Europe se fait plus stricte

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages