"Clause Molière" : le français obligatoire sur les chantiers fait polémique

France 2

Obliger les entreprises en charge des chantiers publics à n'engager

que des employés qui parlent français ? Une mesure mise en place par des présidents de région Les Républicains est critiquée de tous les côtés, à commencer par le Premier ministre. "Derrière la clause Molière, c'est la clause Tartuffe. Ces clauses ne sont pas inspirées par l'amour de notre langue, mais par l'objectif de faire obstacle à la concurrence d'entreprises étrangères qui font appel à des travailleurs détachés", a-t-il dit.

Les syndicats sont contre, le FN en veut plus

Prendre le prétexte de la langue pour interdire les travailleurs sur les chantiers publics ? Laurent Wauquiez ne s'en cache pas : il pratique la préférence nationale. De leur côté, les syndicats la critiquent presque d'une même voix. Pour Marine Le Pen, en revanche, c'est une mesure qui ne va pas assez loin.

Retrouvez cet article sur Francetv info

Eurozapping : le pape François tance les patrons, des serpents venimeux dans un avion
Twitter : piratage massif en France orchestré par un Turc pro-Erdogan
Syrie : la guerre entre dans sa septième année avec deux attentats meurtriers
4 Vérités - Larcher livre un "combat" contre Le Pen, qui "ne peut pas incarner l'espérance"
VIDEO. La Hongrie veut mettre les migrants en détention dans des conteneurs

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages