Claude Lelouch sur Jean-Louis Trintignant : « Il avait la plus belle voix du monde »

© AFP

Il l’a dirigé six fois, à commencer par Un homme et une femme (1966), Palme d’or au Festival de Cannes, mais aussi dans Le Voyou (1970), Viva la vie (1984), Partir, revenir (1985), Un homme et une femme, vingt ans déjà (1986) et Les plus belles années d’une vie (2019). Le réalisateur français Claude Lelouch se dit « bouleversé » par le décès de Jean-Louis Trintignant, vendredi , l’un de ses acteurs fétiches. « C’est terrible, confie-t-il, la gorge serrée. Avec son départ, tout un pan de ma vie s’écroule. Jean-Louis est le premier acteur qui m’a dit oui, il m’a mis sur les rails. Il avait la plus belle voix du monde, tellement chargée en émotions. Je viens d’appeler Anouk Aimée, elle aussi accablée par la tristesse, on s’est consolés ensemble. » 

 

"

ll était si vrai, il rendait possible n’importe quelle histoire

"

Le réalisateur poursuit : « Un homme et une femme reste le plus gros succès de Jean-Louis, et Les plus belles années d’une vie le dernier long métrage qu’il a tourné. J’ai vraiment le sentiment d’avoir eu la chance d’être un témoin important de son talent, et j’en ai profité. Il était si vrai, il rendait possible n’importe quelle histoire. Le cinéma français ne se rend pas compte à quel point il était énorme. On a souvent parlé de lui avec Jean-Paul Belmondo, qui me disait : « C’est le plus grand. » Jean-Louis aimait à répéter : « La vie n’a pas de sens, mais une seule direction : la mort. » Cela l’obsédait. On va essayer de panser notre peine en revoyant tous ses f...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles