Claude Guéant vit de plus en plus mal son incarcération à la prison de la Santé

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© Eric Feferberg / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une incarcération de plus en plus difficile à supporter. Détenu depuis le 13 décembre dernier dans le célèbre quartier VIP de la Santé, celui-là même qui a abrité d'autres personnalités comme Patrick Balkany , Claude Guéant vit de plus en plus mal sa privation de libertés. L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy a passé son 77e anniversaire derrière les barreaux, et il est très affecté, en colère, et humilié par cette situation selon son entourage.

Un fort sentiment d'injustice

Il faut dire que c’est la première fois qu’un ex-ministre de l’Intérieur se retrouve ainsi derrière les barreaux. Alors, même s’il a intégré le quartier VIP et qu’il est seul dans sa cellule de 9m2, Claude Guéant a du mal à trouver le sommeil. Il éprouve, selon un de ses proches, un fort sentiment d’injustice. Pourtant, l'homme doit encore s'armer de patience : comme le révélait Europe 1, il n'en saura plus sur sa demande de remise en liberté que le 7 février prochain .

Le haut fonctionnaire avait été condamné en 2017 dans l'affaire dite des primes de cabinet car il n'avait pas payé les sommes dues au Trésor Public dans l'affaire des primes en liquide du ministère de l'Intérieur. Une partie de son sursis et de sa liberté conditionnelle avait donc été révoquée. Depuis, il a remboursé les amendes et les dommages et intérêts, selon nos informations, en empruntant de l’argent auprès de ses proches.

 

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

 

Un an de prison ferme et 10.000 euros d'...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles