Claude Guéant a payé l'intégralité de sa dette au Trésor public et demande sa remise en liberté

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Claude Guéant
    Haut fonctionnaire et homme politique français
L'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant arrive au palais de justice de Paris le 5 décembre 2018 - Eric Feferberg © 2019 AFP
L'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant arrive au palais de justice de Paris le 5 décembre 2018 - Eric Feferberg © 2019 AFP

Claude Guéant, condamné en 2017 à un an de prison ferme dans l'affaire des "primes de cabinet" et incarcéré depuis lundi à la prison de la Santé à Paris, a remboursé l'intégralité de la somme qu'il devait au Trésor public jeudi 16 décembre, et formulé une demande d'aménagement de peine, a-t-on appris ce dimanche BFMTV auprès de son avocat.

Claude Guéant, 76 ans, a payé jeudi 292.000EUR pour solder la dette due au Trésor public, selon un bordereau consulté par l'AFP, à la suite d'une condamnation de 2017 dont la justice a estimé qu'il ne respectait pas les obligations.

Une condamnation datant de 2017

L'ancien ministre avait été reconnu coupable de versements de primes en liquide au début des années 2000, alors qu'il était directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy. Ces primes étaient prélevées sur les frais d'enquête et de surveillance (FES) des policiers. Entre 2002 et 2004, Claude Guéant a été reconnu coupable de s'être versé chaque mois 5000 euros. En 2017, il avait été condamné à deux ans de prison dont un ferme, condamnation devenue définitive en 2019.

De par son âge (76 ans), l'ancien ministre de l'Intérieur avait bénéficié d'un aménagement de peine, et versait chaque mois 3000 euros pour rembourser son amende accompagnée de dommages et intérêts, soit environ 190.000 euros.

876450610001_6286574202001

Coup de théâtre le 9 novembre dernier. Estimant que Claude Guéant aurait pu rembourser d'avantage au travers de la vente d'or, d'une montre et de fonds récupérés sur une assurance vie, la chambre d'application des peines de la cour d'appel de Paris avait révoqué son sursis. Ce qui avait conduit à son incarcération.

Mais comme l'a appris BFMTV ce dimanche, des proches de Claude Guéant ont consentis à lui accorder des prêts financiers, assez pour rembourser la totalité de la somme qu'il devait au Trésor public. Le remboursement de son amende constituant la raison de son incarcération, Claude Guéant a dans la foulée formuler une demande d'aménagement de peine, dont l'examen n'a pas encore été fixé.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles