Claude Chirac indignée par un acte de vandalisme : l’affront fait à la mémoire de son père

C'est un bel hommage qui s'est transformé en véritable affront. Ce samedi 8 février, plus de quatre mois après la mort de Jacques Chirac, la ville de Nice a honoré la mémoire de l'ancien président de la République. En présence de sa fille, Claude, Christian Estrosi a inauguré une statue à son effigie dans la rue de la Cité du parc rebaptisée "cours Jacques Chirac". En découvrant l'oeuvre d'art, la gardienne du clan n'a pas caché son émotion. "J'ai été surprise parce que c'est la première fois que je vois mon père en statue, a-t-elle réagi, comme le rapportait France Bleu. Elle est très incarnée, on a presque l'impression qu'il est là." Mais seulement quelques jours après son inauguration, le double de bronze de Jacques Chirac a déjà été vandalisé. Ce mercredi 12 février au matin, deux doigts ont été arrachés de la main gauche - l'annulaire et l'auriculaire - selon les informations de Nice-Matin. Quelques heures plus tard, l'un des deux doigts a miraculeusement réapparu, manifestement recollé selon le quotidien.

"On constate une fissure sur le haut du doigt", décrivent nos confrères. Face à cet affront, la ville de Nice a expliqué qu'elle détenait "les images des auteurs grâce aux caméras de vidéoprotection" immédiatement "transmises à la police". Dans la foulée, une plainte a été déposée et la statue sera réparée entièrement dès ce jeudi 13 février. D'après les informations de France Bleu Azur, cinq personnes seraient impliquées dans cet acte de vandalisme et vont être interrogées.

Retrouvez cet article sur GALA

PHOTO - Jade Hallyday, cet ami qui lui manque tant : “Je serai toujours là pour toi”
PHOTOS - Melania Trump : cette jupe en python à 5500 euros qui n'en finit plus de faire parler
Charlotte Gainsbourg a perdu son chat : elle ferait “n’importe quoi” pour le retrouver
Jean-Pierre Pernaut et Nathalie Marquay osent une confidence sur les aphrodisiaques pour la Saint-Valentin
Mariage de Beatrice d’York : le prince Philip, 98 ans, présent… “si sa santé le permet”