Claude Chirac candidate en Corrèze, avec la "bénédiction" de sa mère Bernadette

·2 min de lecture

Claude Chirac a annoncé sa candidature aux élections départementales en Corrèze, fief de sa famille. Elle se présente sur le canton de Brive 2, où sa mère Bernadette a été élue suppléante en 2015.

En septembre dernier, elle confiait à BFM qu’elle «serait très heureuse de (s')engager pour la Corrèze, sous quelle forme honnêtement, je ne le sais pas encore». Questionnée sur une candidature aux prochaines élections départementales, qui se dérouleront les 20 et 27 juin prochain, elle répondait : «Je ne peux pas dire ni oui, ni non, j'y réfléchis».

La fille de l’ex-président de la République a désormais pris position. Elle a annoncé mardi sa candidature aux élections départementales en Corrèze, fief de sa famille. Ainsi, elle sera candidate sur le canton de Brive 2 et fera équipe avec le conseiller municipal LR Julien Bounie. «C’est le fruit de la rencontre de deux choses profondément ancrées en moi. D’une part mon attachement viscéral à la Corrèze et aux Corréziens. C’est la terre de ma famille, de mon enfance, de ma jeunesse. Et d’autre part, par nature et par les valeurs que l’on m’a transmises, l’importance que j’accorde à l’intérêt général et à servir, confie la fille de Jacques et Bernadette Chirac à «La Montagne». «Jamais je n’aurais pu imaginer qu’un jour ces deux choses puissent se rejoindre et s’exprimer au travers de cette candidature départementale. C’est vrai que j’ai beaucoup réfléchi, que j’ai beaucoup pesé la responsabilité que cela supposait».

"Maman disait toujours : 'N’être utile à personne, c’est ne servir à rien'"

Elle rappelle que le canton de Brive 2 est celui où sa mère «a achevé son engagement départemental». «Commencer le mien ici, ça compte beaucoup pour moi. Cela fait sens». Elle a informé sa mère de sa candidature : «Je crois qu’elle est assez heureuse. Elle m’a donné sa bénédiction, ce qui était très important pour moi».

«Ma motivation n’est pas de faire perdurer un héritage,(...)


Lire la suite sur Paris Match