Classement. Diversité : enquête sur les entreprises européennes les plus inclusives

Financial Times (Londres)
·2 min de lecture

Le Financial Times distingue 850 “leaders de la diversité” parmi 15 000 entreprises basées partout en Europe.

C’est une entreprise française qui arrive en tête du deuxième classement annuel des entreprises européennes les plus “inclusives” proposé par le Financial Times. Biocoop, qui regroupe des employés de trente-huit nationalités différentes, est également distinguée pour son ouverture à la diversité des genres et au handicap. Dans le classement du magazine économique britannique, l’enseigne d’épiceries bio est suivie par l’entreprise allemande spécialiste des semi-conducteurs Infineon, le site de réservation néerlandais Booking.com et la banque norvégienne DNB.

Pour établir ce classement, 100 000 salariés travaillant dans 15 000 entreprises ont été interrogés sur les efforts mis en œuvre par leur entreprise pour promouvoir les différents aspects de la diversité : parité hommes-femmes, ouverture aux différentes orientations sexuelles, à l’origine ethnique, au handicap ou encore à l’âge. Un appel à évaluer les employeurs a également été publié sur le site du magazine, permettant à ses lecteurs de partager leur point de vue.

Pas plus de 25 % de femmes parmi les dirigeants

Conduite par l’institut Statista, l’enquête a porté sur seize pays européens, parmi lesquels l’Autriche, la Belgique, le Danemark, la France, l’Allemagne, l’Espagne, la Suisse ou encore le Royaume-Uni. “Les points de vue des groupes généralement sous-représentés, notamment les femmes, les travailleurs de plus de 40 ans et les groupes ethniques diversifiés, ont fait l’objet d’une pondération”, précise le Financial Times.

Quelque 850 entreprises font figure de “leaders de la diversité”. Sans surprise, on remarque la forte présence d’entreprises basées dans les pays d’Europe du Nord, Allemagne, Norvège et Pays-Bas notamment – mais pas moins de vingt-neuf entreprises britanniques figurent au top 100.

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :