Clashs, insultes... le personnel soignant cible des patients dans les vaccinodromes

·1 min de lecture

La tension est de plus en plus palpable dans les centres de vaccination. Alors que ceux qui souhaitaient se faire vacciner le sont désormais complètement, les personnels de santé présents aujourd'hui dans ces centres se heurtent à un public beaucoup plus récalcitrant. Nombre d'entre eux viennent à contrecœur alors que l'extension du pass sanitaire entrera en vigueur le 9 août. "Depuis, l'attitude des patients a radicalement changé. Nous voyons entrer beaucoup de gens qui se plaignent d'être en dictature, qui font du boudin. Il m'est arrivé de me faire traiter de collabo", témoigne auprès du Figaro, Saliha Grévin, pharmacien et cheffe du vaccinodrome Gayant Expo, à Douai.

Ces soignants se retrouvent, en effet, face à des personnes qui, en premier lieu, ne souhaitaient pas se faire vacciner contre le Covid-19. Mais l'extension du pass sanitaire aux restaurants, bars et transports ainsi que l'obligation vaccinale pour certaines professions en a contraint certains à prendre la direction d'un centre de vaccination. Le ministère de la Santé note lui aussi des "tensions entre des patients venus se faire vacciner et le personnel soignant" et admet que "le climat de la campagne vaccinale a changé".

>> A lire aussi - Pass sanitaire : ce qui change finalement ce lundi, après la décision du Conseil constitutionnel

Une tendance confirmée par de nombreux soignants, cités par Le Figaro. "Depuis les annonces d'Emmanuel Macron, les gens viennent en masse, mais à contrecœur. Une patiente m'a dit (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : le Dr Raoult propose de tester le Vick Vaporubs mais se fait contredire par la marque
Covid-19 : il n'y aura finalement pas d'isolement obligatoire pour les personnes positives
Covid 19 : faut-il rendre le vaccin obligatoire pour tous ?
Inde : coup d’envoi du premier porte-avions "made in India", exercices en vue avec les Etats-Unis
Australie : Melbourne est contrainte de se reconfiner, la moitié des Australiens concernés

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles