L'énorme tacle de Zlatan sur Pep Guardiola

Julien Pallucci

Alors que le derby de Manchester s'est achevé dans la confusion avec une bagarre générale, Zlatan Ibrahimovic a porté le coup de grâce en se payant une nouvelle fois Pep Guardiola.

"Manchester is blue" ! Après le derby de Manchester remporté par les hommes de Pep Guardiola sur la pelouse de l'ennemi d'Old Trafford (2-1), City a un peu plus assis sa domination sur la Premier League. Une victoire des Skyblues qui a bien logiquement laissé un goût amer dans la bouche des Red Devils, si l'on en juge notamment la bagarre qui a éclaté entre plusieurs joueurs et membres du staff des deux formations, à l'issue du coup de sifflet final dimanche.

Parmi les causes de l'échauffourée, des insultes supposées, adressées à l'encontre de Zlatan Ibrahimovic, par le camp des Citizens. Un affront dont a sans doute cherché à se venger l'ancien du Paris Saint-Germain, en attaquant - une énième fois - son coach de l'époque, au FC Barcelone, lors d'un entretien accordé à Sky Italia.

"J'ai dit à Pep Guardiola qu'il serait prêt à sacrifier n'importe lequel de ses autres joueurs pour Lionel Messi. Sur le coup, il m'a dit qu'il me comprenait, qu'il comprenait ce que je ressentais. Mais après avoir dit ça, il m'a mis sur le banc des remplaçants pour le match d'après, puis celui d'après, et encore celui qui suivait.

Je me suis alors dit à moi-même, "au moins il a résolu le problème de façon efficace". Mais après tout cela, il ne m'a plus parlé, ou même simplement regardé. Si je rentrais dans une pièce où il se trouvait, alors il en sortait. J'y allais pour le confronter, aller à sa rencontre, mais il allait ailleurs pour m'éviter. J'avais alors compris que son problème avec moi allait bien au-delà du football.

Mais ce problème était le sien, c'est lui qui n'a pas voulu que ça s'arrange entre nous. Lors de mon arrivée au club, il m'avait dit que les joueurs du FC Barcelone n'étaient pas du genre à se ramener à l'entraînement en Ferrari ou en Porsche. En me disant ça, j'ai compris qu'il m'avait déjà son avis sur moi. Mais lorsqu'on ne connaît pas une personne, on ne la juge pas avant de l'avoir rencontrée .

Voilà mon expérience personnelle avec lui, mais je ne sais pas pour les autres. Même si apparemment, il est arrivé pareil à Samuel Eto'o et Mario Mandzukic. Il n'a pas été le pire entraîneur avec lequel j'ai travaillé, mais il a été de loin le plus immature de tous. Parce qu'un homme règle ses problèmes".