Clara Duchalet fondatrice de Vépluche ou le compost, nouvel or vert

Thomas Guichard

La fondatrice de Vépluche veut étendre son ingénieux système de collecte d’épluchures à toute la région parisienne.

Madame Figaro . - Une heure de réveil ?
Clara Duchalet. - 7 h 30. J'essaie de ne pas lire mes e-mails. J'allume juste mon téléphone pour voir s'il n'y a pas d'urgence et si nos commandes de légumes sont bien arrivées.

Le pitch de votre entreprise ?
Vépluche est une société d'économie circulaire appliquée aux déchets alimentaires. Nous proposons aux restaurants et aux particuliers un service gratuit de collecte d'épluchures à vélo triporteur. En contrepartie, ils s'engagent à nous acheter un certain volume de produits laitiers, de fruits et de légumes - dont une partie est produite grâce au compost que nous réalisons.

À lire aussi" Comment cuisiner fanes, épluchures de légumes et carcasses ?

En vidéo, pesticides : quels sont les fruits et légumes les moins contaminés

Si l'on remonte à l'origine ?
Ma mère était très branchée "respect de la nature". À l'école primaire, déjà, j'étais la donneuse de leçons qui disait aux autres de ne pas jeter leurs déchets par terre. Quand je suis arrivée à Paris pour mes études, j'étais très choquée de devoir jeter mes épluchures à la poubelle. Là d'où je viens, dans le Tarn, le compost est un réflexe.

Un événement qui a tout déclenché ?
Au moment de la COP 21, en 2015, j'ai senti un élan collectif, que quelque chose avait basculé. Changer le monde, c'était désormais possible. J'ai intégré la première promotion de Women4Climate, un espace d'entraide et de bienveillance, qui m'a permis de prendre confiance et de rencontrer mon investisseur.

Des obstacles sur la route ?
Pour lancer Vépluche, il a fallu investir dans du dur : triporteurs, composteurs, machines… Nos livreurs sont des salariés, et non pas des (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Too Good To Go, Phenix, NoFilter… La nouvelle génération révolutionne l'anti-gaspi
Jardins partagés, compost, écologie : quand les femmes passent à l’action
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame