Claire Chazal : le jour où son fils François l'a remise à sa place

Un enfant unique. Parce que la journaliste n'en a pas eu d'autres. Mais surtout, parce que ce garçon de 23 ans, né de ses amours avec PPDA, a toujours fait preuve d'une grande maturité, quitte à la bousculer, comme elle le raconte dans son dernier livre Puisque tout passe...

C’est un rendez-vous matinal, quasi quotidien. Quelques mots anodins échangés au téléphone, mais l’effet est immédiat : à chaque fois que son fils François raccroche, Claire Chazal la mélancolique sent comme un regain d’énergie. La même « chaleur douce », cette même « petite parcelle d’or irradiant calme et sérénité », qui l’envahirent, dès ses premières semaines de grossesse, comme elle l’écrit dans son livre Puisque tout passe (Ed Grasset).

A tout juste vingt-trois ans, le jeune homme, longue silhouette au regard de velours et aux épaules légèrement voûtées comme son père Patrick Poivre d’Arvor, termine un master en philosophie à la Sorbonne. Après avoir rejoint Londres, puis l’Asie, pour ses études, il est revenu en France, à Paris. Mais il a pris son indépendance. Alors qu’elle vivait son premier week-end loin de la Tour TF1 désormais interdite, fin septembre 2015, sa mère l’a aidé à investir un petit appartement, dans un quartier animé du cœur de la capitale.

Malgré sa lignée, François n’est pas un enfant-roi du microcosme médiatique. C’est un aventurier rimbaldien, qui force l’admiration de sa mère. En Asie, l’étudiant a cotoyé la misère, pris des (...) Cliquez ici pour voir la suite