Clément Beaune, ce secrétaire d'Etat "surdoué de la Macronie" et chouchou des journalistes

·1 min de lecture

Il y avait le "Mozart de la finance", voici le petit prince de Bruxelles. L'arrivée au gouvernement de Clément Beaune, nommé secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes le 26 juillet dernier, a été accueillie par un concert de louanges médiatiques. Dans une presse cajolante, les portraits se sont succédé pour vanter la compétence de celui qui était jusque-là le conseiller Europe d'Emmanuel Macron, mais aussi sa personnalité affable et sa disponibilité à l'égard les journalistes. Dernier épisode en date ce jeudi 6 août : c'est au tour de Paris Match de louer les mérites de l'enfant chéri des eurobéats, dans un article sobrement intitulé "Le surdoué de la Macronie".

"Diamant sur strapontin"

Les articles consacrés à l'ancien conseiller de l'ombre s'accordent d'abord à souligner sa maîtrise des dossiers européens. Le Monde le décrit ainsi comme un "amoureux de l’Europe" et de "la construction européenne, qui le passionne et dont il connaît les arcanes par cœur". "Il écrit les discours, dont le fameux et fondateur discours de la Sorbonne, en 2017", s'extasie Bruno Jeudy dans Paris Match. Pas du Malraux, mais presque. Et l'éditorialiste de narrer, ému, la première passe d'arme du prodige face à Sébastien Chenu, lui valant "d’emblée les applaudissements de la majorité" : "'Avec une petite dose d’inconscience', selon ses mots, il a empoigné le micro au pied de l’hémicycle et a mouché l’élu lepéniste avec l’aisance et la précision d’un vieux briscard.

Lire la suite