Pour Clément Beaune, «Marine Le Pen est une candidate antisociale, antirépublicaine et antieuropéenne»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Alvaro Canovas / Paris Match
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes Clément Beaune est revenu, dimanche 17 avril sur Europe 1, sur le programme de Marine Le Pen sur l’Europe et a fustigé certaines de ses mesures.

Suite au meeting d’Emmanuel Macron à Marseille samedi 16 avril , Clément Beaune a dû réagir aux propos de Mourad Boudjellal [pro-LREM], lequel a dit que les électeurs du Rassemblement National étaient « racistes ». Le secrétaire d’État a rétorqué : « Dire que les électeurs sont racistes, je ne le partage pas du tout […] Je ne crois pas que l’on soit face à deux France irréconciliables. » Il a ajouté que « les électeurs savent pourquoi ils votent », qu’ « il y a de la colère, un sentiment de dire que Marine Le Pen peut être plus protectrice, mais tout cela est faux. »

Le Pen ou Macron : selon les Français, qui est le plus crédible sur les thèmes majeurs ?

Il a également déclaré qu’il ne croyait pas au mythe de « Marine Le Pen candidate du pouvoir d’achat » : « La candidate du pouvoir d’achat, c’est un mensonge complet. Toutes ses mesures sont les moins protectrices. C’est une candidate antisociale, antirépublicaine et antieuropéenne. » Pour lui, « il y a beaucoup de tromperie sur la marchandise. Des gens y adhèrent, mais quand on voit que la plupart des propositions sont anticonstitutionnelles, quand Marine Le Pen dit que les binationaux n’auront pas les mêmes droits, oui je pense qu’il y a un piège. »

S’en est suivie une discussion sur le programme de la candidate RN, plus particulièrement sur le volet européen. Le secrétaire d’État a redit son inquiétude face à un potentiel « Frexit » si Marine Le Pen venait à être élue : « Si les Français choisissaient Marine Le Pen le 24 avril, cela serait un projet qui nous sortirait rapidement de l’UE. C’est une Europe en pièces détachées qu’elle nous vend. Quand elle veut baisser la contribution française de cinq milliards d’euros, que le droit français primera sur le droit(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles