Clément Beaune, l'atout secret du président

·2 min de lecture

Bosseur, loyal et avec ça sympa : on l’adore ! À Bruxelles, le secrétaire d’État aux Affaires européennes est connu comme le loup blanc. À Paris, il est un des plus solides et durables piliers de la macronie. Voilà huit ans que ce tout nouveau quadragénaire, jadis proche du PS, travaille en osmose avec Emmanuel Macron. Pour cet énarque, l’année 2022 sera celle de tous les défis. Il orchestre la future présidence française de l’Union européenne qui commence en janvier. Puis c’est au candidat à sa réélection qu’il devrait consacrer tout son temps. Clément Beaune n’est pas près de vider ses cartons.

Dublin, 2002. Une trentaine d’étudiants grelottent dans la résidence universitaire décatie où le froid humide triomphe des radiateurs électriques. Entre pintes de bière et cours au Trinity College, ils ont 20 ans et s’amusent. Parmi eux, un Parisien sympathique, discret : Clément Beaune, fan de foot, dingue d’andouillette et amoureux de l’Eurovision. En avril, consternation : Jean-Marie Le Pen figure au second tour de la présidentielle. Proche du PS, l’étudiant à Sciences po, fils d’un professeur de biochimie mitterrandien résolu et d’une mère infirmière scolaire engagée dans des missions humanitaires en Afrique, entreprend la tournée des amphis ; il faut manifester. Le jour venu, ils sont deux cents sur le bitume, attendant ses consignes. Mais, pétrifié par la timidité, incapable de lire son discours, il ne bouge pas.

(…)

Dix-huit ans plus tard, le petit Français de Dublin est demeuré « très sérieux » mais ne froisse plus les discours dans sa poche. Nommé en juillet 2020 secrétaire d’État aux Affaires européennes, il serait aujourd’hui le « cerveau européen du président Macron », son « chouchou », le « préféré », le « seul qui peut le contredire car il le respecte », du moins si l’on en croit le déluge de compliments recueilli tant à Paris qu’à Bruxelles. « Le président l’adore, car il sait qu’il n’a pas d’agenda personnel. Il voit en lui le parfait lieutenant qui va sans compter au charbon », corrobore le journaliste Stéphane Bern, un ami et un intime du couple présidentiel. Une « adoration » que partage Brigitte Macron, à tel point qu’il est arrivé à Stéphane Bern de croiser Clément Beaune dans les couloirs de l’aile Madame du palais présidentiel, l’un quittant un déjeuner avec l’épouse du chef de l’État quand(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles