Clément Beaune dénonce un "trafic d’êtres humains" organisé par le Bélarus

·2 min de lecture

Le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes a fustigé l'organisation d'un "trafic d’êtres humains" par le régime bélarus, soulignant la "solidarité" et la "fermeté" de l'UE, alors que des milliers de migrants sont pris au piège à la frontière du Bélarus et de la Pologne.

Un "régime dictatorial" et un "trafic d’êtres humains". C'est ainsi que le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, invité ce jeudi à BFMTV, a décrit la situation explosive à la frontière entre la Pologne et le Bélarus. 

"Nous sommes solidaires de la Pologne, c’est l’Europe qui est testée", a assuré Clément Beaune. Il indique, au titre de l'Union Européenne (UE) et de la France, vouloir réagir avec "fermeté" et "humanité". 

L'UE accuse Alexandre Loukachenko, le président biélorusse, d'orchestrer l'arrivée de milliers de migrants en réaction aux sanctions européennes appliquées contre son pays. Elles ont fait suite à la brutale répression dont l'opposition biélorusse a été victime. 

"Pas une crise migratoire, mais une attaque migratoire"

Parmi les moyens envisagés pour venir en aide à la Pologne figure l'envoi de Frontex, l'agence de garde-frontières et de garde-côtes de l'Union européenne, dont le siège est à Varsovie. La Pologne refuse de son côté son soutien pour le moment, s'estimant en capacité de gérer la crise, alors que le pays est en froid avec l'UE. L'accueil de certains migrants "qui ont droit à l'asile" est aussi possible, a précisé Clément Beaune. 

"Ce n’est pas une crise migratoire, c’est une attaque migratoire, a insisté le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes. Est-ce qu’on va laisser l’Europe être destabilisée par quelques milliers de migrants?" Avant de nuancer: "si on dit 'tout le monde est le bienvenu', ce ne serait pas sérieux et cela encouragerait Loukachenko à continuer"

 "Ne soyez pas complice de facto d’un trafic" 

Clément Beaune a appelé les compagnies aériennes à suspendre leurs vols du Proche et Moyen-Orient vers l'aéroport de Minsk. Orchestrés par le Bélarus, ils s’intensifient, avec des exilés à bord qui tentent de franchir la frontière. 

"Ne soyez pas complice de facto d’un trafic", argumente-t-il.

"Notre diplomatie tente de faire fermer le maximum de liaisons aériennes (...) Nous comptons beaucoup sur l'Union européenne pour punir tous les acteurs engagés dans ce processus", a affirmé le porte-parole du coordinateur des services spéciaux polonais Stanislaw Zaryn au Monde mercredi. Les autorités irakiennes ont fermé leur consulat dans la capitale biélorusse, marquant une première avancée.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Crise migratoire aux frontières européennes : les pressions diplomatiques augmentent

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles