Clémence Botino, Miss France 2020, soutenue par sa première dauphine Lou Ruat

Miss Provence, élue première dauphine de Miss France 2020, a pris la défense de Clémence Botino, qui a remporté la couronne, dans une interview accordée au quotidien «La Provence» publiée le mardi 17 décembre 2019. 

Depuis qu’elle a remporté le titre de Miss France 2020, Clémence Botino est parfois la cible de contestations de la part des internautes. En effet, sa victoire divise : si certains se réjouissent de voir la belle Guadeloupéenne porter la couronne, d’autres estiment que c’est à sa première dauphine, Lou Ruat, alias Miss Provence, que le titre aurait dû être décerné.

La Vauclusienne de 19 ans a tenu à afficher son soutien à la nouvelle Miss France et à la défendre contre les mauvaises critiques dans une interview donnée au journal «La Provence», publiée le 17 décembre 2019. «Ça me dérange cet acharnement qu'il y a contre elle. Il ne faut pas, c'est dommage. Ces critiques sont complètement injustifiées», s’est insurgée la jeune femme, avant de se souvenir de la gentillesse et de la belle énergie de Clémence Botino.

"Ces critiques sont injustifiées"

Lou Ruat a donc su faire preuve de maturité face à la victoire de sa rivale, qui s’est jouée à quelques centaines de voix seulement. Elle avait en effet remporté 30,66 % des votes contre 31,95 % pour Miss Guadeloupe. «Ces critiques sont injustifiées. Le résultat des votes est simple : on avait seulement 1% d'écart. Je comprends la frustration, la déception des personnes qui voulaient me voir moi Miss France. Mais peut-être que ces personnes qui critiquent n'ont pas forcément voté» a-t-elle poursuivi.

L’étudiante en licence d’économie avait par ailleurs félicité la nouvelle Miss France pour son titre sur Instagram, et s’était dite satisfaite de sa place dans le classement. «Je suis fière de mon parcours, de mon évolution et fière de mon écharpe alors merci encore. Félicitations à notre nouvelle Miss France», a-t-elle écrit dans la légende accompagnant une photo d’elle avec son(...)


Lire la suite sur Paris Match