Clémence Bellanger, atteinte de malformations physiques : "Est-ce que je dois m’attacher à ce reflet dans le miroir ?"

Ce format est dédié à toutes les personnes porteuses d'une "différence", un handicap qu’ils ont dû affronter (avec les fêlures que ça crée) mais qui ont transformé leur différence en force. De vraies histoires fortes autour de la résilience, l’acceptation de soi, l’élan vital, pour faire changer le regard des autres…

Atteinte de la maladie des brides amniotiques, une anomalie congénitale très rare caractérisée par des malformations, Clémence Bellanger a passé une bonne partie de sa vie dans le milieu hospitalier. Pour Yahoo, la jeune femme de 29 ans a accepté de livrer son histoire. Elle est notamment revenue sur ses multiples opérations de chirurgie, sur son rapport au corps et sur le sentiment qu’elle porte désormais à son reflet dans le miroir. Elle s’est également confiée sur le lien qu’elle a pu construire, au fil de toutes ces années, avec l’équipe médicale qui la suit.

Cette pathologie relativement rare n’a, à priori, aucun caractère héréditaire, racial, ni lié au sexe. Le seul moyen de détecter la présence de malformations dues aux brides amniotiques est l’échographie. Le problème, c’est que les brides en elles-mêmes ne sont que très difficilement détectables. Seules les lésions qu’elles engendrent sont éventuellement visibles.