La Cité de la peur (TMC) : ce que vous ne saviez peut-être pas sur le film culte des Nuls

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

9 mars 1994. Les fans du trio comique Les Nuls se précipitent dans les salles obscures pour découvrir le délire sur pellicule concocté par Alain Chabat, Chantal Lauby et Dominique Farrugia, et réalisé par Alain Berberian. Ce dernier, décédé en août 2017, était leur complice depuis leurs débuts sur Canal+, lorsque le quatuor – devenu trio après le décès de Bruno Carette en 1989 – mettait en boîte des centaines d’heures d'émissions parodiques imprégnées d’humour loufoque. Le bouche-à-oreille sur cet ovni filmique, mêlant pastiches, jeux de mots et gags hilarants, est plus que favorable. Et, contre toute attente, La Cité de la peur fédère bien au-delà du public restreint de la chaîne cryptée et totalise 2,2 millions d’entrées. En 2011, Alain Berberian se souvenait dans Nice Matin : "Les gens de la profession nous prenaient pour des ringards parce qu'on venait de la télé mais, dès la sortie du film, les salles étaient pleines. Ce sont surtout les jeunes de 15 à 20 ans qui ont fait tout le succès de ce film."

Alain Berberian avait beau avoir la confiance de ses amis Les Nuls, ces derniers avaient d’abord tenté de convaincre le réalisateur Claude Berri de mettre en images leurs délires parodiques à l’anglo-saxonne. Ce dernier refusa l’offre, considérant que leur scénario était "un peu débile", comme il le confia à l'époque à L'Express ! Les Nuls ont toujours assumé avoir tiré leur inspiration du film de 1977, Hamburger Film Sandwich, de John Landis, scénarisé par le trio David Zucker, (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Léa Seydoux toujours marquée par La Vie d’Adèle : "Je n’ai plus envie de souffrir comme certains films m’ont fait souffrir"
FFA 2021 : pourquoi on a adoré Boîte noire, polar parano vertigineux de Yann Gozlan
"Des dommages permanents à ma peau" : la douloureuse transformation de Jessica Chastain pour son prochain rôle
France : la méthode originale de Bruno Dumont pour diriger Léa Seydoux dans son film
"J'avais des posters de lui au mur" : cet acteur star qui faisait craquer Anaïs Demoustier (Alice et le maire, Ciné+ Premier)… (VIDEO)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles