En Cisjordanie occupée, les hôpitaux débordés pendant qu'Israël déconfine

Hossam EZZEDINE
·4 min de lecture

A l'heure où Israël poursuit sa campagne massive de vaccination, la plus rapide au monde, pour rouvrir bars, salles de sport et musées, à quelques kilomètres de là les hôpitaux de Cisjordanie occupée croulent sous l'afflux de nouveaux patients atteints du Covid-19 faute de vaccins.

Le contraste est saisissant.

D'un côté, plus de 4,3 millions de personnes (46% de la population israélienne) ont reçu les deux doses du vaccin Pfizer/BioNTech avec en prime un déconfinement élargi le 7 mars avec la réouverture des restaurants.

De l'autre, on se reconfine.

L'Etat hébreu a certes vacciné 90.000 Palestiniens travaillant en Israël ou dans des colonies mais, en comptant les quelque 60.000 doses reçues mercredi via le dispositif Covax et celles fournies avant par d'autres donateurs, la Cisjordanie dispose de moins de 100.000 doses pour ses quelque 2,8 millions d'habitants.

Et pour la première fois depuis le début de la pandémie, le nombre de cas quotidiens en Cisjordanie occupée dépasse légèrement celui enregistré pour l'ensemble d'Israël, poussant les hôpitaux à leur ultime limite.

Aux urgences du complexe médical de Ramallah, une fillette de huit ans contaminée par le virus se débat avec son tube d'oxygène, un sexagénaire en réanimation regarde les passants et des patients gémissent, a constaté un journaliste de l'AFP n'ayant pas été autorisé à filmer.

- Caravanes -

Le service est débordé et l'air envahi par une odeur nauséabonde. Les autorités sanitaires ont dû équiper trois grandes caravanes à l'extérieur pour faire face à l'afflux de patients.

"Parfois on attend que meure un patient pour pouvoir admettre ceux qui s'agglutinent aux urgences", note un responsable de l'hôpital ayant requis l'anonymat.

Cet hôpital de la principale ville de Cisjordanie, située à une vingtaine de kilomètres de Jérusalem, n'est pas un cas unique. L'Autorité palestinienne a annoncé cette semaine que le système local de santé avait dépassé sa capacité d'accueil.

"Nous avons atteint la ligne rouge", a déclaré Mai al-Kaila, ministre palestinienne de la Santé. "La situation épidémiologique est très dangereuse en raison de la grande propagation du virus".

Le directeur de l'hôpital Dora à Hébron (sud), le docteur Mohammed Rabei, se dit aussi dépassé malgré une capacité passée de 60 à 80 lits.

Mais les hospitalisations ne cessent d'augmenter et "nous devons trouver d'autres solutions" pour traiter les malades graves du coronavirus, dit-il à l'AFP.

"Il y a toujours eu ici un manque de personnel mais ces jours-ci les équipes travaillent sous pression, manquent de jours de repos, sont exténuées", explique-t-il.

- Peur de l'hôpital -

A Silwad, au nord de Ramallah, des Palestino-Américains ont donné plus de cinquante machines à oxygène --d'environ 1.000 dollars chacune-- afin que les patients puissent se soigner chez eux.

"Environ dix habitants d'ici sont morts au centre médical de Ramallah et à l'hôpital Chavez (aussi à Ramallah), alors les nouveaux patients refusent de se rendre dans les hôpitaux", constate Osama Hammad, maire de cette ville.

"Nous n'avons eu d'autre choix que de demander des machines à oxygène pour garder les malades, les soigner dans la clinique locale, plutôt que de les laisser aller mourir dans les grands hôpitaux", dit M. Hammad, dont la ville a été bouclée pendant deux jours pour stopper la propagation du virus.

Au début de la campagne de vaccination en Israël, en décembre, des ONG comme Amnesty international et des responsables palestiniens avaient appelé Israël à étendre sa campagne de vaccination en Cisjordanie, territoire occupé depuis 1967 par l'Etat hébreu.

Mais Israël a refusé, estimant ne pas avoir l'obligation de fournir des vaccins aux Palestiniens, et n'a fourni des doses que pour le personnel médical de Cisjordanie et pour des employés palestiniens en Israël ou dans les colonies.

Israël bénéficie d'un approvisionnement rapide à la faveur d'un accord avec le géant américain Pfizer.

L'Autorité palestinienne attend encore l'acheminement de 100.000 doses de la Chine et de millions d'autres du dispositif Covax mais, en attendant, beaucoup dépriment à Ramallah.

"Si nous avions pu commencer à vacciner au même moment qu'Israël, nous n'aurions eu aucun problème", lâche, amer, un responsable du ministère de la Santé ayant requis l'anonymat.

he-hd-gl/mib/cgo/elm