Les cinq séquences à retenir de "L'Emission politique" avec Marine Le Pen

franceinfo
Les cinq séquences à retenir de "L'Emission politique" avec Marine Le Pen

Elle est de retour. Pendant deux heures, Marine Le Pen a tenté de convaincre les Français sur son projet politique. Après son échec à la présidentielle et les difficultés traversées par son parti ces dernières semaines, la présidente du Front national était attendue au tournant. Franceinfo a sélectionné cinq séquences de ce rendez-vous politique.

Sur Florian Philippot : "Il a tort"

Marine Le Pen n'a pas épargné Florian Philippot au début de l'émission. La présidente du FN a estimé que son ancien vice-président avait "tort" de considérer que le FN était en train d'effectuer un retour en arrière. Elle a ajouté qu'il ne souhaitait pas participer à "la refondation" du FN : "Tout le monde n'a pas la force d'âme d'accepter ce processus." Elle a enfin considéré que Florian Philippot avait tendance à empêcher le débat au sein de sa formation politique : "Florian avait plutôt raison et tous ceux qui n'étaient pas d'accord avec lui étaient plutôt considérés comme ayant tort."

Sur les liens entre Logan N. et le FN : "On ne peut pas me faire le procès de la complaisance"

Dix personnes ont été interpellées  dans l'enquête sur un projet d'attentat d'extrême droite. Au cœur de cette enquête Logan N., qui a participé aux campagnes du FN lors de la dernière présidentielle et des législatives. Existe-t-il une porosité entre ces milieux d'extrême droite et le Front National ? "S'il y a bien un procès qu'on ne peut pas me faire, c'est celui-là, a estimé Marine Le Pen, j'ai mené avec beaucoup de fermeté un combat visant à écarter tous ceux qui avaient une vision outrancière ou caricaturale, y compris mon propre père". Elle a ensuite estimé que le FN avait des "centaines de milliers" de militants et (...) Lire la suite sur Francetv info

Ce contenu peut également vous intéresser : 

Karl Laske:" certaines preuves sont apportées que les flux financiers libyens ont profité à l'entourage de Nicolas Sarkozy"
/>VIDEO. Marine Le Pen justifie son augmentation : "J'avais besoin de 2 000 euros de plus par mois"
Tout est politique. Harcèlement de rue : "Ce n'est pas une loi facile à écrire", estime Jean-Louis Debré
Conditions de travail : remise en cause du temps de repos des gendarmes
Gendarmes : vers des journées de travail plus longues pour les forces de l'ordre ?

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages