Cinq Robinsons sur un îlot échappent aux gendarmes grâce à la marée montante

·1 min de lecture

Les cinq mineurs, qui ont indiqué se trouver en confinement en Bretagne et avoir eu l'accord de leurs parents pour passer la nuit sur l'îlot, ont été verbalisés pour ne pas avoir respecté les mesures du couvre-feu.

Cinq mineurs âgés de 14 à 17 ans ont passé la nuit de vendredi à samedi sur un minuscule îlot au large du Finistère, bravant le couvre-feu, la marée montante ayant empêché les gendarmes de les ramener à leurs parents.

"Ce matin, il a été mis fin à cette occupation illégale du domaine maritime par l'intervention des gendarmes accompagnés du maire qui ont embarqué dans un moyen nautique de la SNSM", relate la compagnie de gendarmerie de Brest, évoquant "une situation quelque peu rocambolesque".

Les cinq mineurs, qui ont indiqué se trouver en confinement en Bretagne et avoir eu l'accord de leurs parents pour passer la nuit sur l'îlot, ont été verbalisés pour ne pas avoir respecté les mesures du couvre-feu.
Les cinq mineurs, qui ont indiqué se trouver en confinement en Bretagne et avoir eu l'accord de leurs parents pour passer la nuit sur l'îlot, ont été verbalisés pour ne pas avoir respecté les mesures du couvre-feu.

Les cinq mineurs, qui ont indiqué se trouver en confinement en Bretagne et avoir eu l'accord de leurs parents pour passer la nuit sur l'îlot, ont été verbalisés pour ne pas avoir respecté les mesures du couvre-feu. © Gendarmerie nationale

Avec l'accord de leurs parents

Les gendarmes sont avertis dans la soirée qu'un groupe de jeunes se rend sur cet îlot situé à 200 mètres de la côte, non loin de Guisseny. La remontée de la marée les empêche cependant d'atteindre les jeunes qui ont monté une tente et s'affairent autour de celle-ci, selon la même source. "Les personnes n'étant pas en danger immédiat, les services de secours ne sont pas engagés", explique la compagnie.

Les cinq mineurs, qui ont indiqué se trouver en confinement en Bretagne et avoir eu l'accord de leurs parents pour passer la nuit sur l'îlot, ont été...


Retrouvez cet article sur Paris Match