Cinq questions sur l'enquête ouverte après la mort de Vincent Lambert

franceinfo

L'affaire Vincent Lambert n'est pas tout à fait terminée. Malgré la mort, jeudi 11 juillet, de ce patient en état végétatif depuis onze ans, une procédure judiciaire est toujours en cours. Le procureur de la République de Reims (Marne), Matthieu Bourrette, a annoncé le même jour l'ouverture d'une enquête sur les circonstances de sa mort. Franceinfo fait le point sur cet énième épisode judiciaire.


Pour quel motif cette enquête est-elle ouverte ?

Lors d'une conférence de presse, le procureur de la République de Reims a annoncé avoir ouvert jeudi matin une enquête "en recherche des causes de la mort", comme le prévoit l'article 74 du Code de procédure pénale. "Cette enquête n'est ni une enquête de flagrance, ni une enquête préliminaire pour homicide volontaire, c'est-à-dire pour meurtre. Il s'agit d'un cadre procédural qui permet de lancer des investigations lorsqu'une personne décède dans des conditions particulières ou suspectes, sans que l'on soupçonne a priori une infraction pénale", a précisé Matthieu Bourrette.

"Ne pas ouvrir d'enquête aurait pu être interprété comme un soutien apporté au personnel soignant, certains ce matin ayant parlé de crime d'Etat, a justifié le magistrat, faisant allusion à l'expression employée par les avocats des parents de Vincent Lambert. Ouvrir une enquête du (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi