Cinq questions sur l'épisiotomie, une opération trop pratiquée en France, selon la secrétaire d'Etat, Marlène Schiappa

franceinfo
Maternité : les traumatismes gynécologiques

Nouvelle polémique pour Marlène Schiappa. Lundi 24 juillet, la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes s'exprime devant la Délégation aux droits des femmes, au Sénat. "En France, on a un taux d'épisiotomies à 75%, alors que l'OMS préconise d'être autour de 20-25%", fustige la ministre. Il y a des "pratiques obstétricales non consenties avec notamment des violences obstétricales, semble-t-il, particulièrement sur les femmes étrangères, les femmes très jeunes, et les femmes handicapées", ajoute Marlène Schiappa.

Des propos qui ont indigné le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). Dans une lettre ouverte adressée à la secrétaire d'Etat, ses membres se disent "à la fois surpris et profondément choqués" par "le relais" qu'elle donne à "des informations fausses". Qui faut-il y croire ? Franceinfo fait le point.

L'épisiotomie, c'est quoi ?

L'épisiotomie est un acte médical pratiqué au moment de l'accouchement. Il s'agit d'une incision vaginale censée faciliter la venue du bébé. Une intervention qui sectionne le muscle du périnée et nécessite des points de suture. "Cela fait partie des gestes qui devraient rester rares et être faits seulement en cas de nécessité absolue", explique à franceinfo le médecin et blogueur Martin Winckler.

Cette pratique est censée réduire les risques de déchirure grave et complexe du périnée, source de complications après l'accouchement.

Pourquoi cette pratique est controversée ?

De plus en plus de voix dans (...) Lire la suite sur Francetv info

Bourges : un patient de l'hôpital porte plainte pour homophobie
Hommage au père Hamel : des policiers témoignent
Hydroélectricité : la plus grosse centrale de France en construction en Isère
Haute-Garonne : les nounous devront bien payer la "taxe couche-culotte"
"Le taux de suicide chez les sapeurs-pompiers est bien plus élevé que pour la moyenne des Français"