Cinq questions pour comprendre les défis de la voiture électrique

RENAULT

Pour séduire à grande échelle, et donc avoir un impact sur l'environnement, l'électrique doit corriger ses faiblesses intrinsèques : autonomie, prix, vitesse de charge. Seule une rupture technologique le permettra.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°909, daté novembre 2022.

1. Peut-on améliorer les batteries ?

Prix, performances, autonomie… La batterie conditionne les caractéristiques d'une voiture électrique. Améliorer cet élément est essentiel, à commencer par la technologie actuelle. L'institut Fraunhofer IKTS allemand est parvenu à appliquer le principe bipolaire à la batterie lithium ion. Les cellules sont superposées (et non plus alignées), ce qui permet de se passer des membranes et de loger plus de cellules dans moins d'espace, pour un poids inférieur. À plus long terme, l'objectif est de se passer du lithium, onéreux et disponible en quantité limitée. Des études universitaires s'intéressent au calcium, au magnésium ou au sodium pour le remplacer. L'université du Michigan (États-Unis), elle, travaille sur le lithium-soufre qui garantit la même performance après 1.000 cycles de charge/décharge et offre une densité énergétique cinq fois supérieure. Dans la batterie dite solide, l'électrolyte liquide disparaît, d'où des gains en sécurité, densité énergétique, rapidité de recharge, taille et poids (lire S. et A. n°908). L'ultime étape sera peut-être la batterie quantique (et son principe de superabsorption : plus la batterie est grande, plus elle se charge vite) avec un "plein" en quelques minutes et une autonomie d'un million de kilomètres… en théorie !

2. Comment produire proprement et recycler les batteries ?

Pour faire de l'électrique une solution durable, il faut produire les batteries de façon propre et être capable de les recycler. Selon l'ICCT (International Council on Clean Transportation), la fabrication d'un véhicule électrique et de sa batterie émet 32 g équivalent CO2/km (sur l'ensemble du cycle de vie), contre 26 g pour un thermique. Le recours à des énergies vertes dans le processus de production doit être généralisé. Les matériaux qui composent les batteries posent également question. L'extraction du lithium, du nickel, d[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi