Cinq façons de résister au mal-être

·2 min de lecture

Nous ne sommes pas démunis face au stress chronique. De bonnes habitudes de vie permettent d'agir sur ses effets délétères. Études à l'appui.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir-La Recherche n°888 daté février 2021.

C'est un fait, la crise sanitaire du Covid-19 et ses deux confinements ont lourdement affecté notre santé physique et mentale comme le prouve l'enquête nationale Covi-prev de Santé publique France. Pour faire face, nous n'avons pas d'autre solution que trouver au quotidien des supports efficaces scientifiquement validés sur lesquels s'appuyer. Revue de détail avec cinq recommandations.

1. Alimentation : se préparer des assiettes antistress

Être attentif au contenu de ses assiettes permet de diminuer les risques de stress, de dépression ou d'anxiété grâce au microbiote intestinal, ces quelque 10.000 milliards de bactéries qui peuplent notre système digestif. Sa composition, elle-même influencée par notre régime alimentaire, joue sur nos humeurs et nos comportements. Il est d'ailleurs à l'origine de la production de plus de 90 % de la sérotonine, neurotransmetteur impliqué dans la régulation du sommeil, de l'appétit, de l'humeur et de la douleur. Outre la dépression, des études ont relié les déséquilibres de la flore à l'apparition d'autres troubles (maladie d'Alzheimer, autisme, sclérose en plaques). suggèrent même d'associer des probiotiques aux antidépresseurs, pour favoriser le développement de "psycho-biotiques", c'est-à-dire des bactéries capables de soigner certaines dépressions. Reste à démontrer leurs effets chez l'humain, .

En attendant, la "psychiatrie nutritionnelle", qui étudie l'impact de l'alimentation sur le métabolisme et le fonctionnement du cerveau, a confirmé les bénéfices du régime méditerranéen, plus riche en légumes, fruits et céréales. Son adoption permet une diminution de 33 % du risque de dépression, d'après une étude de l'Inserm menée en 2018 et publiée dans . Ce type de régime semble également prévenir l'anxiété. Inversement, une alimentation riche en acides gras saturés, sucres, alcool, charcuteries et produits raffinés est à éviter. En cause, l'infl[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi