Cinq chiffres qui montrent la folie qui entoure le décès d'Elizabeth II

Un souvenir de la reine Elizabeth II (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Un souvenir de la reine Elizabeth II (Photo by Tolga Akmen / AFP)

Le faste qui entoure la mort d'Elizabeth II risque de faire mal à l'économie britannique, déjà en berne.

  • + 250 000 %

C'est la hausse des ventes d'un objet dérivé autour de la reine Elizabeth II, depuis son décès. L'objet en question ? un T-shirt avec un portrait fictif de la Reine, portant des lunettes aux couleurs britanniques. Parmi les autres best-sellers, une figurine à l'effigie de la Reine, dont les ventes ont bondi de 100 000 %. Cette "Solar Queen", dont la main s'agite, est même devenue la plus vendue dans la catégorie des figurines, devant celle d'un Hulk en plastique, détaille Le Figaro.

Les ventes de la
Les ventes de la "Solar Queen" ont explosé sur Amazon. (Capture d'écran Amazon)

Conséquence de cet engouement pour des objets dérivés autour de la reine Elizabeth II, sur Amazon, le mug qui célèbre les 70 ans de règne d'Elizabeth II s'est retrouvé en tête des ventes, ainsi que la biographie écrite par Robert Hardman.

Un engouement en ligne, mais surtout sur place. Jeudi, au soir de l'annonce du décès, un vendeur expliquait à l'AFP qu'il devait fermer sa boutique à 21h, mais que, face à l'engouement, il avait dû "rester ouvert jusqu'à 1 heure du matin" car "tout le monde veut un souvenir". À la fermeture, il n'avait plus rien.

Les ventes de produits dérivés pourraient augmenter de 69 millions de dollars (68,6 millions d’euros) après les funérailles, selon John Plassard, analyste pour le groupe bancaire Mirabaud, interrogé par l'AFP. D’après le Centre for Retail Research, un organisme sur le commerce de détail, lors du Jubilé de platine d’Elizabeth II, en juin 2022, les Britanniques avaient dépensé près de 330 millions d’euros en souvenirs.

  • 35 millions d'euros

C'est le coût estimé des funérailles de la reine Elizabeth II, qui s'annoncent historiques. 10 000 policiers seront mobilisés pour sécuriser l'évènement, et notamment des dizaines de dirigeants internationaux, dont le président français Emmanuel Macron et son homologue américain Joe Biden.

À titre de comparaison, les funérailles de la princesse Diana avaient coûté 10 millions de livres en 1997, et 5 millions de livres pour celles de la Reine-Mère en 2002.

  • 1,4 à 6,9 milliards d'euros

C'est le coût estimé de la période de deuil pour l'économie britannique par The Independant. Au coût des funérailles, s'y ajoutent des impacts sur l'économie britannique, déjà en berne. Le jour des funérailles, lundi 19 septembre, sera un jour férié outre-Manche. la plupart des magasins devraient fermer, tout comme la Bourse de Londres.

Il est, pour le moment, indiqué sur le site du gouvernement que : «selon la nature et l'emplacement de leur entreprise et le ton des événements prévus, certaines entreprises souhaiteront peut-être envisager de fermer ou de reporter des événements, en particulier le jour des funérailles d'État. Cependant, c'est à la discrétion des entreprises individuelles". Pour estimer l'impact sur l'économie de ce jour férié, lors du jubilé de sa majesté de 2002, les Britanniques ont bénéficié d'une journée sans travailler afin de célébrer les 50 ans de règne de leur reine. D'après un rapport de l'Office national des statistiques britannique (ONS), son impact négatif a été de 2,3% du Produit Intérieur Brut sur le mois concerné, soit 0,8% sur le trimestre. Un autre jour férié est prévu le jour du couronnement de Charles III.

A cela s'y ajoute la fermeture, le lendemain du décès, de certains magasins comme la chaîne historique de grands magasins Selfridges ou me magasin de luxe Liberty à Londres. Sans oublier le report de nombreux évènements sportifs comme les matchs de football prévus le week-end dernier, et la réimpression de la monnaie britannique, 4,5 milliards de billets de banque en circulation, avec le portrait du roi Charles III. Timbres et passeports, à l'effigie de la Reine, devront connaitre le même sort. Des pertes qui seront en partie compensées par l'afflux touristique lié à l'évènement.

  • 11h d'attente

C'est le temps que pourraient patienter les Britanniques qui souhaitent rendre hommage à la reine. Selon The Sun, pendant 4 jours, les Britanniques pourront se recueillir devant le cercueil de la Reine à Westminster Hall. La file d'attente prévue ferait entre 4 et 5 km, entre London Bridge à Westminster. Soit une attente pouvant aller jusqu'à 11h pour les derniers arrivés. Des centaines de milliers de personnes sont attendues.

À titre de comparaison, en 2002, 200 000 personnes se sont rendues à l'hommage à la Reine-Mère. En 2005 à Rome, un million de personnes étaient venus rendre hommage au pape Jean-Paul II.

  • 1 834 tweets par seconde

Le décès de la reine Elizabeth II est devenu l'évènement le plus commenté sur Twitter, selon la plateforme Visibrain, citée par BFMTV. Jusqu'à 1 834 tweets par seconde ont été enregistrés lors de l'annonce du décès, étant par exemple 1,7 fois plus commenté que la finale de la Coupe du monde de 2018, et 4,2 fois plus commenté que l'assaut du Capitole, le 6 janvier 2021. À l'annonce du décès, 3 millions de messages en une heure seulement ont été postés sur le réseau social.

VIDÉO - La Minute d'Elizabeth II