Le confinement peut-il vraiment changer le rapport des Français au cinéma ?

Khalil Kajehi
Avec la fermeture des salles de cinéma, les plateformes de streaming et la VOD sont devenus le dernier refuge des cinéphiles. Durablement?

CINÉMA - Pendant le confinement, les cinéphiles ont redécouvert les grands classiques du cinéma et assouvi leur soif de nouveauté à travers les plateformes. Du géant américain Netflix, en passant par Amazon Prime ou encore le nouveau-né Disney+, tous ont gagné du terrain, et surtout de nouveaux abonnés pendant cette période d’enfermement. Mais à leur réouverture, les Français délaisseront-ils pour autant les salles de cinéma pour s’installer durablement dans leur canapé et regarder les “grosses sorties” ? 

Selon le baromètre de la vidéo à la demande publié par le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée), sur les trois premiers mois de l’année 2020, le marché de l’abonnement a augmenté de 45,5%. En mars 2020, premier mois du confinement, la location a progressé de 6,4% et celui de la vente a, quant à lui, augmenté de 15,1%. 

La consommation massive des films avait pour but de faire passer le temps le plus rapidement possible pendant la période de crise sanitaire. Mais aussi, la période a coïncidé avec la sortie des grosses affiches sur les plateformes de streaming vidéo telles que ”Élite” (le 13 mars) et “La Casa de Papel” (le 3 avril). Résultat, Netflix a frappé fort pendant le confinement présidant ainsi le classement des services de vidéo à la demande (SVOD). “63,2 % des consommateurs de vidéo à la demande (VàD) déclarent avoir visionné un programme sur Netflix, Amazon Prime Vidéo est la deuxième plateforme avec 30,5 % des consommateurs de VàD et MyTF1 VOD prend la troisième place avec 19,2 %”, explique le CNC. 

La France, un modèle très différent des Américains

Si en France, l’immense majorité des films qui devaient sortir en salles ont préféré reculer leur date de sortie (à part “Pinocchio” ou “Forte” qui sont sortis sur Amazon Prime), les Américains, eux, ont fait le choix d’annuler certaines sorties en salles au profit des plateformes. Universal a par exemple mis son dessin animé “Trolls 2: tournée mondiale” en location sur Apple TV. Le film a...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post