Cinéma: retour prometteur du public dans les salles françaises en 2022

Lueur d'espoir pour les salles obscures: avec 152 millions d'entrées en 2022, les cinémas ont retrouvé les trois quarts de leur fréquentation d'avant-Covid, signant l'une des meilleures "remontada" au niveau mondial et des perspectives optimistes pour l'année 2023.

Il s'agit d'un fort rebond par rapport aux 95,5 millions d'entrées de 2021 (+59,2%), mais encore en retrait de 26,9% par rapport à la période pré-Covid, avec 207,9 millions d'entrées en moyenne entre 2017 à 2019, selon le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC).

Contrairement à 2020 et 2021, aucune salle n'a été fermée pour cause sanitaire de Covid en 2022, même si les restrictions sanitaires à l'instar du pass vaccinal et l'interdiction de la vente de confiseries n'ont été levées qu'à la mi-mars.

"C'est un résultat très encourageant dans un contexte encore atypique. La France enregistre une des meilleures reprises au monde, avec une baisse plus limitée comparée, par exemple, aux Etats-Unis, à la Corée du Sud, à l’Allemagne, à l’Espagne ou l’Italie", déclare dans un communiqué Dominique Boutonnat, président du CNC.

Le top 5 des films en 2022 reste l'apanage des blockbusters américains. Avec déjà près de 8 millions de spectateurs, "Avatar: la voie de l'eau" a détrôné "Top Gun: Maverick" (6,7 millions) à la tête de ce classement.

Suivent "Les Minions 2: Il était une fois Gru" avec 3,9 millions d'entrées, puis  "Jurassic World 3: Le monde d'après" (3,5 millions) et "Black Panther: Wakanda Forever" (3,4 millions), selon la société d'analyse d'audience Comscore.

Les films américains ont été un "moteur" quand, côté français, seuls les films "avec une certaine originalité" ont résisté, au détriment des grosses comédies par exemple, avait indiqué vendredi à l'AFP Eric Marti, spécialiste à Comscore.

Très attendu, le troisième volet de "Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu" a séduit seulement 2,4 millions de spectateurs, loin de ces précédents records, tandis que "Novembre" sur les attentats de 2015 a fait 2,3 millions d'entrées.

- "Dynamique positive" -

Pourtant, "les films américains n'ont jamais été aussi rares sur les écrans qu'en 2022", du fait de la réduction du nombre de sorties depuis 2012 mais aussi de quelques sorties directes sur les plateformes de streaming, alors que "le nombre de films français inédits a lui retrouvé son niveau de 2019", a relevé Comscore.

Selon le CNC, les films français ont raflé 40,9% des parts de marché en 2022 - contre 37,2% en moyenne sur 2017 à 2019 - dépassant les 40,5% pour les films américains, davantage enclins à réaliser de gros scores de fréquentation.

Autre fait notable: le retour du public en 2022 s'est davantage effectué vers les cinémas de proximité, notamment de centre-ville, au détriment des gros complexes, dont la tendance de fréquentation tend à s'éroder depuis plusieurs années.

Si en janvier et février, la fréquentation des salles françaises était en baisse de plus de 40% par rapport à la moyenne 2017 à 2019, selon le CNC, "l'année se termine mieux qu'elle n'a commencé", s'était félicité fin décembre auprès de l'AFP Marc-Olivier Sebbag, délégué général de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF).

Les spectateurs ont particulièrement été au rendez-vous durant les vacances de Noël. Comscore indique un record de plus de cinq millions d'entrées sur la semaine du 21 au 27 décembre, tandis que les journées du 27 au 30 décembre ont égalé ou dépassé le 1 million chacune, boostées par le succès d'"Avatar 2".

"Cette dynamique positive devrait se poursuivre tout au long de l’année 2023, grâce à une offre de films dense et diversifiée", estime la FNCF.

Au menu: le nouveau "John Wick", le retour de Tom Cruise dans "Mission: Impossible" et celui de Harrison Ford dans "Indiana Jones". "Ant-man" doit inaugurer une nouvelle "phase" de l'univers Marvel et Margot Robbie se transformer en "Barbie".

bla-ram/may/tes