Cinéma : des embouteillages à prévoir à la réouverture des salles obscures

France 3
·1 min de lecture

Les cinémas sont fermés depuis six mois, mais le septième art ne s’est pas arrêté pour autant. Dans les vignes de Bourgogne, à Tonnerre (Yonne), une équipe de tournage s’installe pour filmer une scène de dégustation au grand air. La dégustation est justement le titre de ce film d’Ivan Calbérac, avec Bernard Campan et Isabelle Carré parmi les personnages principaux. Il ne sera visible qu’en 2022, tout comme L'Echappée Belle, que Jacques Gamblin tourne actuellement dans la Drôme.

Des sorties échelonnées

À la réouverture des salles, qui pourrait intervenir le 17 mai prochain, 400 films sont prêts à sortir, sans compter ceux qui étaient à l’affiche juste avant le confinement, comme Adieu les cons, d'Albert Dupontel, qui a remporté sept Césars cette année. Il devrait ressortir parmi les premiers, avec le long métrage danois Drunk, sacré meilleur film étranger aux Oscars le 25 avril, ou encore ADN de Maïwenn, resté seulement trois jours à l’affiche.

L'embouteillage dans les salles pourrait favoriser les bluckbusters et fragiliser les films d’auteur. Exceptionnellement, les professionnels vont s’entendre pour échelonner les sorties. Mais les spectateurs seront-ils au rendez-vous ? La fréquentation des salles obscures avait chuté de 70% en 2020.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi