Le cinéma d'Aurora rouvre et invite les familles endeuillées

Les familles des victimes du massacre d'Aurora (Colorado, ouest), invitées par la chaîne de salles de cinéma Cinemark à assister à la réouverture du multiplexe où s'est déroulé le drame, ont qualifié mercredi 2 février l'invitation de coup publicitaire "ridiculement offensant".

Les proches des 12 personnes ayant trouvé la mort dans la fusillade, survenue en juillet dernier lors d'une projection du dernier "Batman", affirment dans une lettre ouverte que la date d'envoi du carton d'invitation, deux jours après Noël, était particulièrement mal choisie, et appellent au boycott de la "soirée spéciale du souvenir" organisée par Cinemark.

Pendant les fêtes, nous n'imaginions pas que quoi que ce soit ou quiconque puisse rendre notre deuil plus douloureux encore", écrivent-ils.

"Mais vous, Cinemark, y êtes parvenus, en nous envoyant une invitation deux jours après Noël pour assister à la réouverture du cinéma d'Aurora où nos chers disparus ont été massacrés", ajoutent-ils. "Merci d'avoir rendu ces fêtes, déjà douloureuses, encore plus difficiles".

Outre les 12 morts, 58 personnes ont été blessées dans la fusillade. Selon les témoins et les enquêteurs, le tireur présumé de 24 ans, James Holmes, aurait jeté des fumigènes dans la salle avant d'ouvrir le feu.

Dans leur courrier, les familles affirment que le cinéma - qu'elles poursuivent devant la justice pour son manque apparent de sécurité - n'est jamais entré en contact avec elles et n'a jamais présenté de condoléances.

Elles qualifient l'invitation de proposition "répugnante" et "offensante pour la mémoire de nos chers disparus".

Nous, les familles, considérons votre (...) Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Le cinéma d'Aurora rouvre et invite les familles endeuillées
Tuerie du Colorado : récit d’une journée
Colorado : l'Amérique, ses tueries, ses clichés
Aurora : Holmes formellement mis en accusation ce lundi
Colorado : Holmes poursuivi pour 116 tentatives de meurtres
L'avocat de Holmes évoque la "maladie mentale" de son client
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.