Les cinéastes japonais Kore-eda et Suwa veulent copier le CNC français

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
STÉPHANE DE SAKUTIN/AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Contrairement à ce que laissent imaginer les succès de certains réalisateurs japonais à l’étranger, parmi lesquels Kazuhiro Kore-eda (Palme d’or 2018 à Cannes, avec Une affaire de famille ; l’acteur Song Kang-ho a reçu le prix de la meilleure interprétation masculine à Cannes, en 2022, pour son dernier film, Les Bonnes Étoiles) ou Ryusuke Hamaguchi (Oscar 2022 du meilleur film étranger pour Drive My Car), la filière du cinéma souffre au Japon de nombreux problèmes structurels.

Révélatrices d’un milieu malade depuis longtemps, les dénonciations de violences sexuelles se sont succédé ces derniers temps, tandis que la question des mauvaises conditions de travail et des piètres salaires est régulièrement mise sur la table, depuis des années.

Le CNC français, organisme exemplaire

Afin de faire bouger les choses, les cinéastes Kazuhiro Kore-eda et Nobuhiro Suwa ont annoncé, lors d’une conférence de presse tenue le 14 juin, avoir cofondé l’association action4cinema (“agir pour le cinéma”), rapporte Eiga.com, un site spécialisé dans le cinéma.

“S’inspirant du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) français, ils entendent établir un système d’entraide visant à améliorer les conditions de travail du secteur, explique de son côté le quotidien Mainichi. Pour commencer, ils ont mis en ligne une esquisse de brochure détaillant les mesures pour empêcher les cas de harcèlement moral, physique et sexuel dont les dénonciations se multiplient ces derniers temps.”

Revoir la question des salaires

“Dans bien des cas, le personnel est très mal payé dans notre secteur, alors qu’il ne compte pas ses heures, et ne peut se projeter dans l’avenir”, a précisé lors de la conférence le réalisateur Suwa, qui copréside l’association avec Kore-eda. Le Manichi Shimbun précise qu’il a appelé à une vaste réforme pour contrer la répartition inéquitable des recettes et remédier à une situation où, selon lui, “certaines entreprises du cinéma bénéficient d’une grande partie des revenus, obligeant d’autres sociétés à tourner avec des budgets modiques”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles