Le cinéaste iranien Mohammad Rasoulof, condamné à de la prison, annonce avoir quitté l'Iran

Sur son compte Instagram, le réalisateur iranien dont le dernier film sera montré au festival de Cannes, a annoncé avoir fuit son pays. L'avocat de Mohammad Rasoulof, avait annoncé mercredi sa condamnation par un tribunal iranien à cinq ans de prison et à des coups de fouet.

Le réalisateur iranien Mohammad Rasoulof a déclaré lundi 13 mai qu'il avait quitté l'Iran après avoir été condamné à une peine de cinq années de prison pour atteinte à la sécurité nationale. Cette annonce intervient à un jour de l'ouverture du Festival de Cannesson nouveau film figure dans la compétition principale.

"Je suis reconnaissant à mes amis, à mes connaissances et aux personnes qui, avec gentillesse, altruisme et parfois au péril de leur vie, m'ont aidé à franchir la frontière et à atteindre un endroit sûr sur le chemin difficile et long de ce voyage", a écrit sur Instagram Mohammad Rasoulof, dont le film "Les graines du figuier sauvage" sera projeté en avant-première à Cannes.

"Je peux confirmer que Mohammad Rasoulof a quitté l'Iran et qu'il assistera au Festival de Cannes", a déclaré son avocat Me Babak Paknia à l'AFP lundi.

"Nous sommes très heureux et très soulagés que Mohammad soit arrivé sain et sauf en Europe après un voyage dangereux. Nous espérons qu'il pourra assister à l'avant-première à Cannes", a ajouté Jean-Christophe Simon, PDG de Films Boutique et de Parallel45, dans le communiqué.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
"Mon pire ennemi", de Mehran Tamadon : dans la tête des tortionnaires du régime iranien
#MeToo, menaces de grève... le Festival de Cannes s'ouvre dans un contexte de tensions
Parité dans le cinéma : le festival de Cannes 2024 en "régression" par rapport à 2023