Ciné «Pris de court», prix du cœur

Libération.fr

Cest un très beau récit familial où un petit mensonge engendre de grandes catastrophes. Sa force tient à la mise en scène économe et fiévreuse mais aussi aux acteurs déments. Emmanuelle Cuau plonge une mère et ses fils dans un engrenage façon thriller. Le sens de l’ellipse participe à la réussite du film.



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Médium.
Cinéma «L’Opéra», hymne à la voix
Park Chan-wook, aspire au matin calme
«A bras ouverts», le pire contre-attaque
Kechiche n'ira pas à Cannes

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages