Ciné-Crash #18 : « L’Étoffe des héros », l’épopée qui volait trop haut

·1 min de lecture
Sam Shepard, alias le pilote d'essai héroïque Chuck Yeager, dans L'Étoffe des héros, de Philip Kaufman (1983)
Sam Shepard, alias le pilote d'essai héroïque Chuck Yeager, dans L'Étoffe des héros, de Philip Kaufman (1983)

Entre deux tours de Terre depuis l'ISS, Thomas Pesquet ne nous contredira pas : trente-six ans après sa sortie en salle, L'Étoffe des héros continue de scintiller très haut dans le ciel des plus grands films sur l'épopée humaine dans l'espace. D'Armageddon à First Man en passant par Interstellar, sans oublier une récente série Disney+ elle aussi inspirée du best-seller de Tom Wolfe, l'influence du chef-d'?uvre de Philip Kaufman reste palpable à d'innombrables niveaux dans la pop culture.

Une saga de 3 h 12, aussi massive qu'un soleil et rayonnant de mille thématiques sur la notion d'héroïsme, l'obsession de la course aux étoiles face aux Russes en pleine Guerre Froide, la propulsion des mythes grâce à la presse, le rôle des femmes dans l'ombre de leurs époux astronautes, la fin d'une ère et le début d'une autre? Sans oublier un traitement quasi documentaire impressionnant, un humour désopilant, des effets spéciaux à couper le souffle et une BO enjouée à enflammer un régiment.

À LIRE AUSSICiné-Crash #15 ? « Lone Ranger », le mégawestern mal aimé de chez Disney

Beau comme une fusée, lyrique comme un western de John Ford, L'Étoffe des héros suit la genèse hasardeuse et fiévreuse du programme spatial américain Mercury qui, entre la fin des années 1950 et le début des années 1960, aboutit à l'envoi par l'Amérique (et la Nasa) de ses premiers hommes dans l'espace.

Précurseur des programmes Gemini puis Apollo, Mercury et ses six vols spatiaux avaient pour mission de [...] Lire la suite