Publicité

La CIJ appelle Israël à prévenir tout acte de «génocide» à Gaza, mais n'ordonne pas de cessez-le-feu

Israël doit prévenir tout éventuel acte de génocide et permettre l'accès de l'aide humanitaire à Gaza : c'est ce qu'a statué ce vendredi 26 janvier la Cour internationale de justice, dans un verdict très attendu, qui n'a toutefois pas évoqué de cessez-le-feu dans l'enclave palestinienne.

La Cour international de Justice (CIJ) a tranché : Israël doit faire tout son possible pour « empêcher » tout acte de « génocide » dans la bande de Gaza, et aucun dirigeant ne doit faire de déclarations incitant au génocide, a déclaré la juridiction depuis la salle d’audience du Palais de la Paix, à La Haye. En plus, « l'État d'Israël doit prendre sans délai des mesures effectives pour permettre la fourniture des services de base et de l'aide humanitaire », a-t-elle ajouté dans son verdict, suivi dans le monde entier. La Cour a en effet jugé que la « situation humanitaire catastrophique » à Gaza « risquait sérieusement de se détériorer davantage » et de causer des dommages irréparables dans l'enclave.

En revanche, trois des mesures demandées n’ont pas été accordées. La Cour n’a par exemple pas ordonné la suspension des opérations militaires israéliennes, comme le demandait l’Afrique du Sud, à l'origine de la procédure lancée en décembre dernier. Le pays avait saisi l'instance, estimant qu'Israël viole la Convention des Nations unies sur le génocide de 1948.


Lire la suite sur RFI