La chute de "M. Brexit" : retour sur les trois ans au pouvoir de Boris Johnson

La chute de "M. Brexit" : retour sur les trois ans au pouvoir de Boris Johnson

Maintenant que son départ est acté, que va devenir Boris Johnson ? Le principal intéressé reste flou sur le sujet. Si de nombreux Britanniques sont soulagés de son éviction, au sein des électeurs conservateurs, il garde une certaine popularité.

Nommé Premier ministre le 24 juillet 2019, il promet de "mettre en œuvre le Brexit" ("Get Brexit done"). Face à un parlement divisé sur le sujet, l'ancien maire de Londres parviendra à faire bouger un pays épuisé par des débats interminables sur la sortie de l'Union européenne. Les élections anticipées de dé cembre 2019 lui donneront même une majorité absolue à la Chambre des communes.

Du jamais vu pour les conservateurs depuis Margaret Thatcher dans les années 80. Six semaines plus tard, le 31 janvier 2020, il conclut un accord avec Bruxelles. Le Royaume-Uni sort de l'Union européenne et débute sa période de transition sur fond de négociations commerciales.

Quelques mois passent avant que ne débute en mars, la pandémie de Covid-19. Boris Johnson attrape le virus dés la fin du mois. Le gouvernement est mal préparé, et le bilan humain sera l'un des plus lourds d'Europe.

S'en suivra une série de scandales majeurs. A commencer par celui de son ancien proche conseiller conseiller Dominic Cummings accusé d'avoir enfreint les règles du confinement. Il sera finalement démis de ses fonctions. Mais juste avant de partir, il fera des révélations contre son ancien mentor.

Viendra ensuite l'affaire du "Partygate" autrement dit les fêtes organisées illégalement pendant les périodes de confinement à Downing Street. Boris Johnson sera sanctionné par une amende, une première pour un Premier ministre.

Mais le scandale Chris Pincher sera celui de trop. Ce membre du gouvernement, député conservateur promu par Bojo, est accusé d'agressions sexuelles sur deux hommes.

Les démissions en série vont alors débuter, Rishi Sunak, le ministre des Finances et Sajid Javid, le ministre de la Santé annoncent leur départ avec fracas. Boris Johnson ne parviendra pas à stopper la révolte. En deux jours, cinquante membres du gouvernement mettent fin à leurs fonctions.

Le 7 juillet, il se résigne à annoncer son départ du 10 Downing Street. Certains veulent croire à son possible retour. Mais le scénario reste très hypothétique. En attendant il devra s'expliquer devant une commission d'enquête parlementaire dans le cadre du "Partygate". De quoi remettre la lumière sur ses nombreux mensonges.