Chuck Berry est plus qu'une légende, c'est un génie qui a fait du rock un langage et un art

Yves Bigot
Chuck Berry devant l'affiche d'une tournée où il se produisait avec Little Richard au Royaume-Uni.

Il était l'alpha et l'oméga, Monsieur Rock'n'Roll lui-même. "Si on devait donner un autre nom au rock, on pourrait simplement l'appeler Chuck Berry", affirmait John Lennon, qui avait le sens de la formule et qui s'y connaissait. "C'est l'un des plus grands poètes de tous les temps. Il était en avance: quand les autres chantaient à propos de rien, ses chansons avaient une conscience sociale, avec une métrique incroyable. On lui doit tout." Dylan l'avait baptisé "le Shakespeare du rock'n'roll". Leonard Cohen précisait: "Nous sommes tous une note de bas de page de ses paroles".

Bob Dylan l'avait baptisé "le Shakespeare du rock'n'roll".

Chuck Berry a fait plus encore que codifier le rock, le théoriser, en définir les thèmes éternels –l'école, les filles, les voitures, le consumérisme, la musique, la danse, la liberté-, en établir la grammaire musicale –ses riffs, qui ont établi les Beatles, les Beach Boys, les Rolling Stones, les Kinks, Bob Dylan, Eric Clapton, Jimi Hendrix, Bruce Springsteen, les Ramones, Téléphone, Johnny Hallyday, Eddy Mitchell-, il l'a inventé. Edicté. En a fait un langage. Un art. Où la guitare, le mot d'esprit, le fun, sont centraux. La fierté aussi, ce qui en fait même l'ancêtre des rappeurs.

"Ses chansons avaient une conscience sociale, avec une métrique incroyable."

Jusque-là, le blues, le folk, la country, le swing, bien sûr, ça disait quelque chose, mais c'était comme la chanson réaliste, ça racontait des histoires, plus ou moins vite, plus ou moins bien. Chuck Berry, lui, en a fait de la poésie du plus haut niveau, ses mots jaillissant en feu d'artifice éjaculatoire comme ses notes de guitare serrées, sur deux cordes à la fois à la manière de T-Bone Walker, dans une économie à faire pâlir Rimbaud, à la limite du haïku, essentialisant ses morceaux pour leur donner un impact maximal, sans jamais en réduire le sens pour autant –au contraire!

Il a su encapsuler l'expérience d'une génération pour en faire une culture, au sens américain,...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages