CHU de Nantes : les professionnels désabusés par l'afflux massif de patients

"Il y a cinq patients qui sont là depuis plus de 24 heures. Il y en a une qui est là depuis 100 heures, plus de quatre jours aux urgences". Éric Batard n'est même plus étonné, mais plutôt désabusé. Le chef des urgences du CHU de Nantes ne voit plus passer des patients dans son service, il les voit surtout rester de plus en plus longtemps. "La semaine dernière, il y a un patient qui est resté huit jours", affirme-t-il.

"C'est un sujet qui se dégrade progressivement depuis des années"

En cause, le manque de lits qui retarde toute hospitalisation dans la foulée. Une situation loin d'être inédite. "C'est un sujet qui se dégrade progressivement depuis des années", précise Éric Batard. Mais cet encombrement commence dès l'accès aux urgences ou encore trop de personnes s'y précipitent sans présenter de pathologies graves ou vitales.

 

>> À ÉCOUTERLes urgences toujours en surchauffe ?

En visite à Nantes ce matin, le ministre de la Santé, François Braun , a rappelé l'importance de la régulation du Samu comme premier filtrage. "Cette régulation, elle n'apporte pas une dégradation des soins comme je peux l'entendre, mais elle apporte au contraire une meilleure orientation des patients en fonction des besoins", a-t-il expliqué.

71.000 appels en juillet

Le problème, c'est que cette incitation à composer le 15 ou le 116-117 avant de venir aux urgences, provoque un vrai embouteillage au centre d'appel. "Tout patient qui relève de la médecine générale devrait appeler le 116-117 et le ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles