Un chti aux commandes des cuisines de l’Élysée

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Fabrice Desvignes
    Chef cuisinier français
  • Brigitte Macron
    Enseignante et Première dame de France

Fabrice Desvignes est passé des fourneaux du Sénat à ceux de la présidence de la République il y a neuf mois. C e na tif de Saint-Quentin livre ses secrets de chef pour la première fois. 

Ne comptez pas sur lui pour qu’il vous dise de quoi raffole Brigitte Macron. Ne comptez pas non plus sur lui pour se mettre en avant. « La discrétion est ma marque de fabrique », résume Fabrice Desvignes. À 48 ans, ce natif de Saint-Quentin (Aisne) est, depuis mars, le chef des cuisines de l’Élysée, succédant à Guillaume Gomez, vingt-cinq ans de maison. Sur sa veste, les traces d’un doublé rare : Bocuse d’or 2007, le Nobel de la gastronomie, et Meilleur Ouvrier de France 2015.

Lire aussi:En images : Fabrice Desvignes, nouveau chef des cuisines de l'Elysée

La cuisine est une histoire de famille. Sa grand-mère, Paula Lequy, sa mère, Annie Desvignes, et son oncle ont décroché l’étoile Michelin. Dans les années 1950, après la faillite de son époux, vendeur de bœufs, Paula se met aux fourneaux pour faire vivre le foyer. Autodidacte, le couple ouvre l’Auberge fleurie, à Sars-Poteries (Nord).

Une réussite. Deux étoiles Michelin pendant plus de dix ans. Annie, leur fille et mère de Fabrice, y travaille. Amoureuse du maître d’hôtel d’une célèbre adresse parisienne, elle ouvre avec lui la Tour du Roy, à Vervins (Aisne), une institution qui a vu passer François Mitterrand. À 84 ans, elle est toujours aux commandes. «Maman m’a toujours dit qu’elle mourrait dans sa cuisine », raconte le fils unique.

Il finit l’année avec le Noël aux troupes, un repas préparé à l’Élysée et envoyé au Mali

Destiné à reprendre l’affaire familiale, il y officiera seulement six mois, pour aider, de retour du service militaire puis de trois ans passés en Suisse dans des établissements prestigieux. En 1999, il répond à une annonce pour les cuisines de la présidence du Sénat. Il y passera plus de vingt ans. À l’Élysée, ni annonce ni CV. Il est démarché. Il(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles