Chronologie des médias : Rima Abdul Malak juge "légitime" que les plateformes diffusent les films plus rapidement

Les plateformes sont-elles en train de damer le pion aux chaînes de télévision ? Signé en début d'année, l'accord sur la chronologie des médias est déjà en train d'être renégocié. Depuis début octobre, sous l'égide du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC), les parties prenantes de l'accord se déchirent à nouveau sur les délais entre la diffusion des films au cinéma et celle sur les différents supports, que sont les chaînes de télévision gratuites, payantes ou les plateformes SVOD.

"Il y a un enjeu à trouver un équilibre plus respectueux"

Invitée d'Amandine Bégot ce mercredi matin sur RTL, la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, semble donner le point aux plateformes, qui poussent à réduire encore le délai entre l'exploitation des films en salles et l'arrivée des oeuvres dans leur catalogue. "Il y a un enjeu à trouver un équilibre plus respectueux. Surtout que l'on a imposé aux plateformes de financer la création française (...) En contrepartie, elles sont légitimes à demander un raccourcissement de leur délai de diffusion", estime la ministre.

En effet, c'est en contrepartie d'un fléchage de 20% à 25% de leur chiffre d'affaires en France vers la production locale de films, séries, et autres fictions tricolores que les plateformes avaient obtenu de meilleures fenêtres de diffusions. Netflix peut désormais proposer à ses abonnés un film 15 mois après sa sortie en salles (contre 36 mois avant l'accord). L'attente est de...

Lire la suite