CHRONIQUE. Le verre à moitié vide ou à moitié plein de l'atténuation

Dans tous les aspects de la lutte contre le changement climatique, il y a des signes de progrès, mais aussi des défis qui persistent, expliquent les chercheurs Céline Guivarch et Christophe Cassou.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°903, daté mai 2022.

Des solutions d'atténuation pour limiter le changement climatique par la réduction des émissions de gaz à effet de serre existent dans tous les secteurs : transport, logement, industrie, alimentation, agriculture, forêts, villes, finance… Multifacettes, elles résident dans des technologies, des transformations de nos modes de consommation et de production, de nos infrastructures, de nos organisations sociales… Dans tous les aspects, il y a des signes de progrès, mais aussi des défis qui persistent, ainsi que l'évalue le troisième volet du 6e rapport du Giec, publié début avril.

Une vitesse de déploiement trop lente

Un nombre croissant de pays voient maintenant leurs émissions territoriales baisser, mais les émissions mondiales restent à la hausse. Les technologies bas carbone ont vu leurs coûts réduits (de 90 % en dix ans pour l'énergie solaire, par exemple), leur implémentation accélérée, leurs performances améliorées, mais la vitesse de déploiement est trop lente pour rester sous le seuil de 2 °C de réchauffement global. Certes, de plus en plus de politiques d'atténuation sont mises en place, mais elles restent en deçà de l'enjeu.

Il est temps d'amplifier les progrès

L'engagement des citoyens et des entreprises vis-à-vis de la question climatique est également croissant, mais il est désormais établi que le transfert des connaissances vers l'action a été largement sapé par un ensemble de contre-mouvements. Le constat scientifique sur la base des trois volets du 6e rapport du Giec est sans équivoque. Il est temps d'amplifier les progrès et de dépasser les défis : les modifications graduelles ne suffisent plus, et seul un changement fondamental, dès maintenant et dans tous les aspects de la société, permettra de limiter le réchauffement bien en dessous de 2 °C.

Par Céline Guivarch, directrice de recherche à l'École des ponts, auteure principale du 6e rapport du Giec (Groupe d'[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles