CHRONIQUE. Est-il moral de parler d'argent à table, ou ailleurs ?

·2 min de lecture

Dans une chronique, Jean-Gabriel Ganascia, professeur à Sorbonne Université à Paris et chercheur en intelligence artificielle, explique pourquoi il est important et urgent de parler d'argent au-delà du cercle des intimes.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°902, daté avril 2022.

Les traités de savoir-vivre en conviennent : lors d'un déjeuner, on évitera les sujets qui fâchent, en particulier la religion, la politique et l'argent. Ce tabou s'impose surtout en France, vieux pays catholique et aristocratique, où l'on méprise la fatuité de celui qui se vante de ses possessions. Quant à cet autre qui se lamente de la dureté des temps et de ce dont il manque, il indispose. La politesse voudrait donc qu'on réserve les propos d'argent au cercle des intimes, et encore. Avec la généralisation de la gratuité, nous accédons tous aux mêmes services et sommes amis à peu de frais ; l'argent paraît donc moins discriminant. Comment ne pas s'en réjouir !

Comment résister à l'attrait d'un clic pour lequel on ne débourse rien ?

Pourtant, derrière cet effacement apparent, se cachent de féroces réalités. Un technologue américain, Jaron Lanier, évoque la légende des sirènes, ces êtres mythologiques, mi-femmes, mi-poissons, qui attiraient par leur chant les marins sur les rochers, où ils fracassaient leur navire, pour les croquer. Avec le gratuit, il en va de même : comment résister à l'attrait d'un clic pour lequel on ne débourse rien ? Ce faisant, on oublie que notre regard devient alors l'otage de ceux qui nous ont séduits. Au-delà, l'argent ne se réduit pas à la seule rétribution, ou à son absence : la monnaie y joue un rôle central. La confiance collective dans l'édifice social en dépend.

Quelques bruits non fondés, des mouvements d'opinion qui s'emballent, et voici qu'un pan entier de l'économie mondiale bascule

Gagée d'abord sur l'autorité d'un prince, puis sur celle d'un État, ou parfois d'une entité supranationale comme l'Union européenne, elle était l'instrument d'une politique économique. Or, aujourd'hui, avec les cryptomonnaies, tout change : sa valeur repose sur un équilibre fragile entre offre et demande. Quelques bruits non fondés, des mouvements d'opinion [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles